“Weird Al” Yankovic – Christmas At Ground Zero

Je me tue à le répéter à mes étudiants : on ne peut pas faire de raisonnement correct sans nommer correctement les choses. Cette chanson des années 1980 nous rappelle quel est le sens originel de “ground zero” : le point à la surface du sol se situant à la verticale d’une explosion nucléaire.

Enjoy!

Continuer la lecture

La réécriture de l’histoire du 11-Septembre,
un travail à temps plein

minitrueJ’ai déjà abordé ici la conception particulière de la méthode scientifique qu’avaient des associations se proclamant “pour la vérité sur le 11-Septembre”, ainsi que leur pratique non moins étrange du débat démocratique. Certes, on peut concevoir que face à un mur de mensonges officiel, certains soient tentés par la méthode forte pour faire tomber le mur, quitte à employer des moyens quelque peu autocratiques : après tout, quand on voit ce qu’on fait au nom de la démocratie, on se mettrait presque à trouver la dictature recommandable. Sauf qu’on ne lutte pas contre le mensonge avec d’autres mensonges, de la même façon qu’on ne met pas fin à la violence par d’autres violences – même si une violence légitime et temporaire peut y aider, pourvu qu’elle s’exerce au nom de l’intérêt général.

Mais au-delà de l’aspect violent des polémiques sur l’interprétation de tel ou tel phénomène, quelque chose de plus étonnant encore se joue dans les espaces de discussion sur le 11-Septembre : l’énergie incroyable déployée par certains pour réécrire les faits. Par “faits”, j’entends tout un tas de choses normalement impossibles à nier car suffisamment documentées par un nombre très important de témoins directs, indépendants et qualifiés ; cela ne concerne donc pas les “témoins” télévisuels. Pour prendre un exemple extrême – et même si ces faits précis ne sont, à ma connaissance, contestés par personne : la chute des tours jumelles et de la tour n°7 du World Trade Center à New York le 11 septembre 2001. Si l’on n’est pas encore allé jusqu’à cette absurdité, il y a bien un phénomène qui est la cible de constantes tentatives de réécriture : l’existence – et la persistance – de températures extrêmement élevées dans les ruines du World Trade Center à la suite des attentats. Inexplicablement élevées, pourrait-on même dire.

Continuer la lecture