Macron, Israël et les réfugiés : une provocation
(Éric Verhaeghe)

Réfugiés palestiniens, 1948 (UNRWA)

[Note de l’administrateur de ce blog : il est toujours possible de faire plus absurde, plus mensonger et plus gros dans la propagande sioniste. Et d’être encore plus soumis à son lobby. La preuve.

Que ceux qui n’ont pas encore compris que la France n’est plus gouvernée dans l’intérêt de son peuple mais dans celui de puissances étrangères (et transnationales) se réveillent.]


Lutter contre l’antisémitisme, est-ce bien accueillir les réfugiés ? C’est ce qu’Emmanuel Macron vient de dire à l’occasion de la commémoration de la Rafle du Vel d’Hiv’, en présence de Benjamin Nétanyahou. Et là, on s’est pincé parce qu’on n’y croyait pas.

La photo ci-dessus vient de l’UNRWA (office des Nations Unies pour la Palestine). Elle montre des réfugiés palestiniens en 1948, qui ont fui les exactions massives commises par l’armée israélienne à l’occasion de la guerre d’indépendance pour créer une homogénéité ethnique dans le pays. Depuis 1948, Israël refuse systématiquement le droit au retour des réfugiés palestiniens.

Inviter Netanyahou à célébrer l’accueil des réfugiés comme forme de lutte contre l’antisémistisme constitue une sublime provocation de notre Président de la République.

Continuer la lecture sur Décider & Entreprendre

« Pas ça ! » (Jean-Claude Paye – réseau Voltaire)

[Note de l’administrateur de ce blog : alors que le spectre “antirépublicain” du “fascisme” tente de masquer sa défaite en dansant sur du Jean-Jacques Goldman, faisant rétrospectivement soupirer de soulagement les deux tiers des Français ayant vaillamment fait barrage à la haine et aux zheureslesplussombresdelhistoire, le fascisme 2.0 rode tranquillement ses méthodes afin de mettre en place la dictature “soft”.

Pas au sens de “douce”, mais au sens de “software” : la dictature logicielle, celle qui a compris qu’il est plus efficace et moins coûteux de s’attaquer directement à ce qui commande vos actes et mouvements (la masse gélatineuse située entre vos deux oreilles) plutôt que de contrôler vos actes et mouvements eux-mêmes. Prévoyez de faire fréquemment des mises à jour d’antivirus si vous voulez lui échapper. Et merci à celui qui m’a signalé cet article.]


La campagne électorale présidentielle française s’est transformée en un exercice de propagande. Les électeurs sont bombardés de messages abscons qu’ils n’ont pas le temps d’analyser, mais qui les imprègnent.

À titre d’exemple, lors de son meeting d’Amiens, Emmanuel Macron a accusé Marine Le Pen de s’être réfugiée auprès des Prussiens lors du siège de Paris… en 1870, puis d’avoir partagé l’idéologie destructrice de l’Allemagne… en 1914. Sur ce, il s’est exclamé avec exaltation : « Pas ça !, Pas ça !, Pas ça ! ».

Bien sûr, vous n’avez pas écouté ce message, mais vous l’avez entendu : Marine Le Pen ne serait pas l’incarnation de la Nation qu’elle prétend être, mais de la Trahison. Vous devriez lui faire barrage et donc voter Macron.

Le sociologue Jean-Claude Paye nous explique pourquoi personne n’a réagi à ce délire soigneusement préparé et retransmis sans broncher par toutes les chaînes de télévision.

Continuer la lecture sur le réseau Voltaire ⟶

Macron magicien du discours électoral (Géopolintel)

Celui qui est qualifié de « bébé Hollande », de « Mozart de la finance », de gendre idéal, a lancé son mouvement politique en 2016 et a réussi, à la surprise générale, à détruire la classe politique française en seulement six mois. Malgré ses appuis financiers et médiatiques, il s’est affiché comme un garçon jeune, pragmatique et travailleur, mettant à profit les techniques gagnantes de la rhétorique du discours appliquées lors des négociations commerciales et pour manager le personnel en entreprise.


Cette technique dite « invisible » est la part d’interrogation des analystes et commentateurs politiques qui n’ont rien compris à sa promotion et qui n’y ont vu que du feu. Comment quelqu’un ayant un discours aussi « faible » selon les experts, a-t-il pu arriver en tête au premier tour des présidentielles de 2017 ?

L’évidence est que ces techniques ne sont pas issues du logos habituel des politiques français, trop fainéants et n’aspirant qu’à profiter des privilèges de l’élu. Avec Macron on est rentré dans l’ère du langage du monde des « affaires », implacable et ultra rationnel.

Macron raffiné, poli et calculateur est à l’opposé d’un Bernard Tapie (l’arme anti FN de Mitterrand) gouailleur et populaire. Ne parlons pas des poids lourds LR et PS qui ne sont plus dignes d’assumer leur mandat en raison des condamnations et des magouilles mesquines.
Macron voit plus grand et arrive à solder nos fleurons stratégiques de notre économie sans que personne n’y trouve à redire. Quand Fillon se fait « choper » pour quelques costards et des emplois fictifs familiaux, Emmanuel nous enfume avec des milliards et le CICE.

Continuer la lecture sur Géopolintel ⟶

Au pays des Lumières éteintes

Au pays des Lumières éteintes, ceux qui ont détesté le Père ont voté pour le Fils et le Saint-Esprit réunis.

Au pays qui crut un temps à “mon ennemie c’est la finance”, on a choisi de donner les clés à l’employé de la finance.

Au pays des mathématiques et de la raison, un lauréat de la médaille Fields s’est enthousiasmé pour le candidat au programme et au verbe le plus creux.

Continuer la lecture

Pas avant le deuxième tour (Nicolas Grégoire)

Tout se passe comme prévu.
Image ©Louison, tous droits réservés.

[Note de l’administrateur de ce blog : il n’est pas toujours possible de pouvoir guérir une maladie correctement diagnostiquée. Mais quand le diagnostic est faux, la guérison est encore moins probable.

On appréciera également dans cet article la déontologie de Mediapart, et de la presse française en général.]


En dénonçant Bayrou, je voulais changer la politique. Censuré, espionné, cambriolé, j’ai découvert que je ne pouvais pas gagner.

Le 2 avril, j’ai décrit dans une tribune mon parcours dans les bas fonds de la politique. Emplois fictifs, extorsion, agressions sexuelles, tout y était, version François Bayrou. Plus de soixante-dix mille lecteurs plus tard, j’ai découvert les dessous d’une élection ou tout s’accordait, jusqu’au sommet de l’Etat, pour protéger Emmanuel Macron. Chronique d’un échec annoncé. Et d’une France qui n’est pas la nôtre.

Maintenant ou jamais

“Bonjour ! Je m’appelle Nicolas Grégoire, j’ai eu deux emplois fictifs à l’UDF pour François Bayrou. Et aujourd’hui, je balance”

C’était le bon moment : un mois avant le premier tour. Dans une élection qui s’annonçait serrée. Avec un bon texte, des preuves et une campagne sur les réseaux sociaux, tout le monde m’entendrait. Les médias, d’abord réticents, finiraient par relayer. Et François Hollande, soucieux de sa réputation et peu enclin à protéger ennemis et traîtres, resterait neutre.

En lisant mon brouillon, mes amis découvrent un Nicolas inconnu, un peu inquiétant. “Tout est vrai, sauf le rez-de-chaussée. Je préfère qu’on ne sache pas à quel étage j’habite”. Après quelques jours de relecture, ma souris reste comme suspendue au-dessus de Publier. Le temps ralentit. Avec l’angoisse des grandes décisions, mon doigt s’écrase sur le bouton.

Continuer la lecture sur medium.com ⟶

Attali président ?

[Note de l’administrateur de ce blog : une fois n’est pas coutume, je publie ici le billet d’un collègue, chargé de recherche au CNRS, sincèrement et profondément inquiet pour l’avenir de son pays, et très alarmé du faible degré de compréhension qu’ont ses concitoyens de la pièce de théâtre politique en train de se jouer. Merci à lui pour ces rappels historiques et cette analyse aussi douloureuse que lucide.]


La mondialisation

La cause profonde de la langueur économique qui frappe la planète entière depuis quarante années est bien connue : c’est le libre-échange, qui tend à instaurer partout les écarts de revenus les plus importants de la planète, et par conséquent à prolétariser les classes populaires et à laminer les classes moyennes, ce qui fait s’effondrer la demande.

Or la mondialisation n’est pas venue toute seule : il fallut des millions d’heures de travail d’ingénieurs et d’ouvriers pour concevoir les protocoles, écrire les programmes, fabriquer les composants, les assembler, lancer les satellites, faire les fibres optiques, tirer les câbles, etc. Il fallut de nombreuses réunions internationales pour modifier le droit commercial de tous les pays, et des heures de propagande intensive pour vanter les bienfaits du libre-échange. Les banquiers de Londres et New York comprirent quels profits pourraient être tirés de la différence fantastiques des salaires entre les pays développés et sous-développés. Ils financèrent ces productions d’autant plus facilement que, depuis 1971, nulle contrainte réglementaire sérieuse ne bride plus leur licence de créer de la monnaie à partir des vapeurs de la Tamise et de l’Hudson.

Continuer la lecture

“Macron est un psychopathe” :
l’analyse d’un psychiatre italien (ERTV)

[Note de l’administrateur de ce blog : à ceux qui seraient tentés de dire “il exagère, et puis la psychiatrisation des opposants, c’est une pratique connue des régimes totalitaires”, je demande de se poser cette question toute simple, et d’y répondre le plus sincèrement possible : “si à quinze ans j’avais couché avec ma (mon) prof de 39 ans, et que ma vie d’adulte se soit construite affectivement et socialement sur cette relation devenue publique, serais-je devenu un(e) adulte psychiquement épanoui(e) et équilibré(e) ?”]


Le professeur Adriano Segatori est un psychiatre et psychothérapeute italien. Son analyse du profil d’Emmanuel Macron, basée notamment sur sa biographie et ses images de campagne, le pousse à conclure, de manière très argumentée : « Macron est un psychopathe qui travaille uniquement pour lui-même. »

1 2