Macron : Jupitre est-il dangereux ? (Vu du droit)

par Mathieu Morel – 24 juin 2018

« Le roi possédait un miroir magique, don d’une fée, qui répondait à toutes les questions. Chaque matin, tandis que le roi se coiffait, il lui demandait :

– Miroir, miroir en bois d’ébène, dis-moi, dis-moi que je suis le plus beau. Et, invariablement, le miroir répondait :

– En cherchant à la ronde, dans tout le vaste monde, on ne trouve pas plus beau que toi. »

Une fois de plus, on aurait tort de ne voir, dans les outrances répétées – et de plus en plus sidérantes – que nous sert frénétiquement notre distingué Jupitre Überschtroumpführer, que de bénignes maladresses, des erreurs de communication ou même un anodin excès de confiance qu’il suffirait de mettre sur le compte de son ardeur juvénile et « disruptive ».

On aurait tort également, sans doute, d’y déceler la fameuse preuve d’un esprit brillant, hors du commun, qu’on nous a copieusement vendu depuis son éclosion « miraculeuse », à grands renforts de feux d’artifice et de paillettes.

Ses insultes répétées, ses provocations grossières, ses initiatives ostensiblement débiles portent un message clair derrière cette fausse candeur faussement spontanée : « je suis votre chef, je fais ce que je veux, comme je veux, quand je veux et, pour commencer, je vous emmerde ».

Continuer la lecture sur Vu du droit

Voir également, sur ce même blog, un article d’un autre auteur analysant l’élection d’Emmanuel Macron :

Macron est-il dangereux ?

Et pour mesurer l’effondrement de la fonction présidentielle sous le règne de Jupitre Premier, rien de tel que la fête de la musique élyséenne 2018 commentée par Égalité & Réconciliation :

Électro-décadence à l’Élysée : la bamboula des Macron déchire sa race (noire)

 

La France, une dictature en marche
(Antipresse – le Drone n°22)

[Note de l’administrateur de ce blog : il y a quelques mois, je reprenais régulièrement des articles d’Antipresse, un repaire de mal-pensants cultivés répandant leur fiel numérique via une lettre d’informations hebdomadaire. Puis, le Drone est arrivé et avec lui l’accès payant, sauf pour le numéro zéro, à cette bouffée d’oxygène littéraire – mais pas que littéraire. L’esprit critique et la logique, donc les fondements même de l’activité scientifique qui est la mienne, y sont en effet constamment cultivés avec soin et brio.

J’ai déjà vanté cet hebdomadaire nécessaire, et je continuerai à le faire. J’encourage tous mes lecteurs à le soutenir – et surtout à se faire plaisir – en souscrivant un abonnement comme je l’ai fait ; espérons que le nombre d’abonnés finira par atteindre le seuil suffisant pour une diffusion de ce petit bijou sous une forme imprimée, à l’ancienne. Marre des écrans, fussent-ils à quinze trillions de couleurs et autant de mégapixels.

Aujourd’hui, ayant reçu ma livraison dominicale du Drone, je ne peux m’empêcher de vous en livrer un article tant il colle à ma pensée, et tant j’aurais aimé l’avoir écrit. Son auteur, Slobodan Despot, citoyen suisse d’importation serbe, est plus français que les meilleurs français comme tous ceux qui le sont par amour de cette langue. Il est donc d’autant plus révolté par la passivité des Français “de papier” – ceux qui n’ont rien fait pour l’être, à part naître – face à la dégringolade vertigineuse de leur pays dans le domaine qui jadis le caractérisa le mieux : la liberté.

Je ne peux que déplorer comme lui “l’infinie arrogance de la caste dirigeante française, de ces intellectuels de cour, de ces administrateurs de châteaux de cartes, de ces journalistes de succion, de toute cette basse-cour de pans sans queue et de crevettes vexées en tailleur qui continuent de parader comme s’ils avaient le monde à leurs pieds”. Et constater avec lui que “depuis le 11 septembre 2001 — et bien plus tôt dans ses sphères moins visibles — le monde atlantique est entré dans une spirale du mensonge.”

Moralité : soutenez cette parcelle de France réfugiée en Suisse, abonnez-vous !]


Une lettre ouverte à Georges Bernanos

«Le désir de l’ennemi est précisément que nous renoncions à comprendre.» (Bernanos)

Cher et vénéré Maître Georges,

I

Vous étiez au Brésil quand votre pays, la France, a été occupé par les nazis. C’est de là-bas que vous avez pris votre part à la Résistance, par l’arme privilégiée de l’homme de lettres, sa plume — qui chez vous, comme chez toutes les grandes âmes, écrit non avec de l’encre, mais avec votre propre sang. Vous avez dénoncé la lâcheté, la décrépitude et les compromissions des castes gouvernantes de votre pays, ne vous résignant pas à voir la patrie des libertés devenir une sociologie de servitudes. Vous avez vomi «les entremetteurs et les casuistes, les intellectuels pourris, les vieillards macérés dans l’impuissance et la rancune comme un cadavre dans les aromates».

A qui m’adresser aujourd’hui, sinon à vous qui avez pris le chemin de l’exil après Munich, cette trahison des élites françaises «économiquement et moralement asservies à un système et à un monde hostile»? A vous qui avez entretenu jusqu’au bout l’espérance en une France irréconciliable de par sa nature avec la civilisation androïde qui s’annonçait, en une France contre les robots ?

Cher et vénéré Maître Georges, vous qui avez noyé de lumière mystique mes grandes lectures d’été avec votre curé Donissan, votre Mouchette, vous qui avez osé regarder en face le crépuscule de la spiritualité française avec Monsieur Ouine, vous qui êtes un modèle de courage et de droiture parmi les rampants — revenez !

Continuer la lecture

Macron, le champion des “fake news” (UPR)

[Note de l’administrateur de ce blog : passons sur le fait qu’un président de la République française se sente obligé de parler en globish pour paraître à la page. Il n’en paraît en définitive que plus esclave de ses maîtres.]


Si, après 8 mois de mandat, le président de la République ne s’est pas spécialement distingué par son dévouement aux intérêts supérieurs de la France ni par son écoute du peuple français, force est de constater qu’il vient encore de s’illustrer par ses déclarations manœuvrières et retorses.

Lors de ses vœux à la presse, le mercredi 3 janvier 2018, le chef de l’État a en effet annoncé qu’un « texte de loi » allait être « prochainement » soumis au vote de l’Assemblée nationale pour s’attaquer aux « fake news » sur Internet en « période électorale ».

Pourquoi a-t-il lancé une pareille idée, qui suscite l’inquiétude chez tous les démocrates ?

Un projet lancé par ignorance de ce qui existe ?

La première hypothèse, c’est que ce serait l’un des conseillers en communication de Macron qui ait inscrit cette annonce dans son discours, sans l’en avertir et sans vérifier le droit existant.

Après tout, ce ne serait pas une première. Rappelons-nous que l’un de ses mêmes conseillers en communication lui avait préparé un discours, lors de l’élection présidentielle, pour présenter au public son programme pour l’enseignement. Et qu’au moment même où il sollicitait nos suffrages pour la fonction suprême, Macron avait avoué en direct… ne pas comprendre ce qu’il lisait !

Si cette hypothèse est la bonne, le locataire de l’Élysée aurait intérêt à changer de conseiller.

Ou du moins à s’entourer d’un expert du droit de la presse et de la liberté d’expression.

Celui-ci aurait en effet pu lui rappeler opportunément :

Continuer la lecture sur le site de l’UPR ⟶

Qu’est-ce que l’antisémitisme aujourd’hui en France ?
(Jean Bricmont)

[Note de l’administrateur de ce blog : pas mieux – pour l’instant. Mais avec un ami juif, on vous prépare d’ici quelques temps (disons après la rentrée universitaire) des témoignages croustillants sur la pseudo-lutte contre l’antisémitisme du très influent et très arrogant lobby-qui-n’existe-pas.]


Source : page facebook de Jean Bricmont

Au lieu de répéter pour la n-ième fois, suite aux déclarations de Macron, que l’anti-sionisme n’est pas de l’antisémitisme, les «pro-palestiniens » feraient bien de se demander ce que veut dire antisémitisme aujourd’hui en France :

  • est-ce vouloir faire du tort aux juifs en tant que tels ?
  • est-ce considérer que si les juifs ont le droit de « retourner » en Palestine après seulement 2000 ans d’absence, les Palestiniens qui en ont été chassés en 48 ou leur descendants devraient aussi avoir ce droit ?

Continuer la lecture

[Corée de l’Ouest] Quand les Présidents d’Université
appellent leurs étudiants à voter Macron ! (les-crises.fr)

[Note de l’administrateur de ce blog : ce vendredi, il m’était reproché au sein de mon université d’avoir utilisé mon adresse courriel professionnelle pour avoir exprimé, de façon privée, mon indignation au maire d’une ville ayant selon la presse tenu des propos diffamatoires au sujet d’un collègue. Mais si vous voyez une contradiction avec ce qui suit c’est que vous êtes un dangereux complotiste-d’extrême-droite-radicalisé. Au moins.]


Je suis heureux, j’ai trouvé LE grand gagnant de la campagne de propagande de cette présidentielle ! – qui vire de nouveau au flash totalitaire…

Jugez-vous-même : de très nombreux Présidents d’Université ont carrément écrit dans le cadre de leurs fonctions à tous leurs étudiants pour leur enjoindre de ne pas voter Le Pen, voire carrément de voter Macron !

J’en ai trouvé quelques uns, mais comme c’est vraiment important, j’ai besoin de vous.

J’ai donc décidé de créer le prix “JEAN MOULINET”, pour tous ces résistants européistes, mi-Jean Moulin, mi-Jean Monnet.

Car outre la destruction de la déontologie la plus élémentaire en Démocratie, le plus intéressant est leur argumentaire (Merci de bien vouloir éloigner François Asselineau de ce billet… 🙂 ).

Je vous propose donc de m’aider à recenser en commentaire (en postant un lien) ou par le formulaire contact (si vous l’avez reçu vous-même) les Interventions de Présidents que j’aurais loupées, et que vous pourriez avoir vues ou trouvées sur internet.

Je compte sur vous – c’est historique 🙂

Tout est parti de la Conférence des Présidents d’Université qui a rédigé ce communiqué de presse (archive – les sources sont sauvegardées sur archive.is) :

Continuer la lecture sur les-crises.fr ⟶

1 2 3 7