Washington a dépensé 5600 milliards de dollars en guerres depuis le 11-Septembre (Réseau Voltaire)

Buy war bonds

“Achetez des obligations de guerre” :
affiche de propagande américaine de la deuxième guerre mondiale

[Note de l’administrateur de ce blog : afin de ne pas induire mes lecteurs en erreur, j’ai volontairement modifié le titre original de l’article qui est “Washington a dépensé 5,6 trillards de dollars en guerres depuis le 11-Septembre”. Problème : “trillard”, ça n’existe pas. Par contre “trilliard” existe, mais vaut, en réalité, 1021 soit, en langage de tous les jours, un million de millions de milliards.

La rédaction du Réseau Voltaire a cru bon de “traduire” trillion (le terme original de l’étude américaine, et qui vaut mille milliards) par trilliard (en oubliant le i au passage), croyant sans doute que les terminaisons américaine et française différaient. Il n’en est rien, les nombres en “-lliard” et en “-llion” sont deux échelles distinctes, et valables théoriquement chez nous comme aux USA… même si des ambiguïtés existent puisque “billion” par exemple, désigne généralement pour des Américains ce que nous appelons “milliard”, et que le “billion” chez nous sera le plus souvent appelé “trillion” chez eux !

Il va de soi que les scientifiques, habitués à manier des nombres très grands ou très petits, n’utilisent de toute façon pas davantage ce vocabulaire fort peu commode qu’ils ne font des calculs en chiffres romains. Les puissances de dix sont, depuis longtemps, la seule option raisonnable.]


(source : Réseau Voltaire)

Selon une étude de la Brown University, les guerres entreprises publiquement par Washington depuis le 11-Septembre 2001 ont coûté 5 600 milliards de dollars au peuple états-unien, soit 23 386 dollars par contribuable. C’est plus de trois fois le coût avoué par le Pentagone.

L’étude ne porte que sur les guerres déclarées contre l’Irak, la Syrie, l’Afghanistan et le Pakistan. Elle ignore les dépenses US liées aux guerres sous-traitées comme celle d’Israël contre le Liban et celle du Royaume-Uni et de la France contre la Libye1.

Les trois étapes de l’Empire (le saker francophone)

us-defense-budget

Budget de la défense (ou de l’attaque ?) de certains pays,
en milliards de dollars.

Par Charles Hugh Smith – Le 21 septembre 2016

Je considère qu’il est évident que nous sommes dans la troisième et dernière étape de la désintégration impériale.

Bien que le livre d’Edward Luttwak La Grande Stratégie de l’Empire romain : Du Ier au IIIe siècle ne parle pas spécifiquement de la montée et de la chute des empires, il esquisse les trois étapes de l’évolution d’un Empire.

Voici le contexte actuel de la discussion sur les cycles de vie impériaux : le budget de la défense des États-Unis est à peu près de la même taille que celui du reste des dépenses de défense du monde entier combinées.

Luttwak décrit la première étape d’expansion ainsi :

Avec une simplicité brutale, on peut dire que le premier système romain de  république a beaucoup servi les intérêts de quelques-uns, ceux qui vivaient dans la ville – et en fait ceux, encore plus minoritaires, qui étaient les mieux placés pour contrôler la politique.

La deuxième étape répartit les avantages de l’Empire beaucoup plus largement :

Au cours du premier siècle de notre ère, les idées romaines ont évolué vers une conception beaucoup plus large et bien plus bienveillante de l’empire […] les hommes nés dans les terres loin de Rome pouvaient s’appeler Romains et voyaient ces demandes entièrement acceptées, et les frontières ont été efficacement défendues pour préserver la prospérité croissante de tous, et non pas seulement celles des privilégiés.

La troisième étape est une étape d’inégalité croissante :

Dans le sillage de la grande crise du troisième siècle, assurer la sécurité est devenu une charge de plus en plus lourde pour la société, une charge inégalement répartie, et qui pouvait enrichir les riches et ruiner les pauvres. La machinerie de l’empire est devenue de plus en plus égoïste, avec ses collecteurs d’impôts, les administrateurs et les soldats, beaucoup plus utilisés pour des intérêts particuliers que pour la société en général.

Continuer la lecture sur le saker francophone ⟶