Manuel Valls : “Il faut mettre à terre Alain Soral” (E&R)

Dessin JM:o , janvier 2014

[Note de l’administrateur de ce blog : l’enregistrement audio ci-dessous n’est pas celui d’un sketch de Dieudonné mais le résultat de la rencontre d’un non-journaliste sioniste hystérique (il se trompe même sur la date de la campagne de diabolisation enclenchée par Manuel Valls contre Dieudonné et Soral) et d’un krypto-fasciste intellectuellement limité mais à l’ambition démesurée, ayant signé un pacte faustien avec la puissance dominante du moment, après avoir été un fervent (mais peut-être pas sincère) militant pro-palestinien. Que l’un puisse être journaliste en France, y compris sur une chaîne de service public (LCP), et que l’autre ait pu être premier ministre de cette France, est la preuve que la France est occupée et qu’il va falloir la libérer. Et comme la raison commande d’établir les priorités, allons massivement mettre à terre le caudillo bipolaire et tremblotant ce dimanche 29 janvier, en votant pour Benoît Hamon.]


Nous sommes sur Radio J, dans Le Forum Radio J, jeudi 26 janvier 2017. Frédéric Haziza reçoit le candidat à la présidentielle Manuel Valls, qui a été Premier ministre de François Hollande pendant deux ans et huit mois, du 31 mars 2014 au 6 décembre 2016. Dans une surenchère d’attaques contre Soral et Dieudonné, le journaliste et le candidat vont aboutir à cette phrase extrêmement choquante.

La première inquiétude d’Haziza (nous sommes là sur l’émission entière) concerne la possibilité d’une défaite de Manuel Valls le 29 janvier à 20 heures, un Valls qui a quand même été le candidat assumé du camp sioniste. Un choix politique qui a grillé littéralement Valls aux yeux du peuple, depuis son opposition frontale à Soral et Dieudonné au cours du mois de janvier 2014.

Manuel Valls réfute l’accusation, par son camarade Benoît Hamon, d’une islamophobie d’État, ou d’un racisme d’État à l’égard des musulmans :

« Quand Benoît Hamon s’en prend à une laïcité douteuse et qu’il met dans le même paquet d’ailleurs Alain Finkielkraut, Caroline Fourest, Mohamed Sifaoui, là oui d’une certaine manière il fait référence à la campagne du CCIF, de cette organisation qui cherche à faire croire que dans notre pays il y a une islamophobie, pour reprendre leur mot, d’État ! Il y a un racisme d’État, l’état d’urgence ferait partie de, alors qu’il s’agit de lutter contre le terrorisme tout de même et de protéger les Français, de, ce racisme d’État. »

L’interview a beau porter sur l’élection présidentielle, immanquablement, Haziza remet l’islamisme et l’antisémitisme sur le tapis :

Continuer la lecture sur Égalité & Réconciliation ⟶

Voir également sur ce blog :

Chasse aux sorcières «antisémites» à Sciences Po (Guillaume Weill Raynal)

conseil-de-la-licra-fr[Note de l’auteur du blog Éloge de la raison dure : démonstration par l’absurde de la vaste arnaque de la “lutte contre l’antisémitisme” institutionnelle, qui a de plus en plus de mal à cacher sa véritable nature : une police de la pensée politique.]

Sur sa page Facebook, un prof de Sciences Po a procédé, ces jours-ci, au lynchage d’une étudiante, désignée comme «antisémite». Sans la moindre preuve. Dans la meute des « likeurs », un vice-président du CRIF, et… le Délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Sur les forums et les réseaux sociaux, les  haines les plus diverses s’expriment sans frein, le plus souvent dans le secret de l’anonymat. Mais les attaques se font aussi parfois à visage découvert, en pleine lumière, et en toute bonne conscience.  A l’heure où certains n’ont de cesse de dénoncer les « dérives de l’antiracisme » réelles ou supposées, il est peut-être bon de rappeler qu’une haine folle et gratuite peut parfois se dissimuler aussi sous le masque respectable et avantageux  de la lutte contre l’antisémitisme.

Continuer la lecture sur le blog de Guillaume Weill Raynal ⟶

Luttons contre le complotisme avec le gouvernement

headercomplotisme1rRécemment, le gouvernement français a mis en ligne une page proposant aux internautes de les guider afin de leur éviter de tomber dans les pièges des fausses informations qui pullulent sur internet. En effet, n’importe qui pouvant mettre en ligne n’importe quoi sur la vaste toile mondiale, il est avéré – et logique – que l’on peut y trouver les pires âneries. Cette initiative s’accompagnant d’un schéma de type algorithmique intitulé “le détecteur de théorie du complot”, montrons sur un exemple très simple comment nous pouvons nous en servir.

Continuer la lecture

Lettre ouverte (et joyeux Noël)

dieudonix[Note de l’auteur de ce blog : lettre et DVD expédiés par la poste à l’intéressé le 24 décembre 2015.]

Cher Monsieur,

On m’a rapporté que vous aviez regretté, en septembre de cette année, que le film “L’antisémite” de Dieudonné soit accessible en deux clics sur internet. Je tiens à vous rassurer : il n’y a pas plus de raison de considérer ce film comme antisémite que de classer “Le dictateur” de Charlie Chaplin, que vous connaissez certainement, parmi les éloges cinématographiques de la dictature. C’est même tout le contraire et afin de vous le prouver, je tiens en cette période de fêtes à vous offrir ce modeste DVD, que j’ai pu acquérir sur dieudosphere.com à un tarif promotionnel “spécial Alain Juppé” en combinaison avec celui du film “Métastases”, qui traite du cancer.

Continuer la lecture

Diffamation (Yoav Shamir)

(mise à jour : 16 octobre 2015)

Pour comprendre la fabrication de l’antisémitisme par le lobby sioniste, condition nécessaire à la légitimation de l’État d’Israël, le documentaire Defamation (Diffamation) de Yoav Shamir (réalisateur juif israélien) est un morceau de choix. Ci-dessous, une version (basse définition) sous-titrée en français.

Une version de meilleure qualité, téléchargeable mais non sous-titrée se trouve sur l’Internet Archive.

Continuer la lecture

L’État (des) juif(s)

Theodor Herzl

Theodor Herzl

Le genre : “antisémitisme” autorisé (car juif).

À l’heure où certains essaient – avec des sabots de plus en plus gros – de faire taire toute critique du sionisme en l’assimilant à de l’antisémitisme, il est utile de se plonger dans le manifeste que rédigea en 1896 – juste après le début de l’affaire Dreyfus – un homme présenté aujourd’hui comme le fondateur du sionisme politique, Theodor Herzl. Son titre original – en allemand – est der Judenstaat, qu’on devrait traduire par l’État des juifs, mais certains éditeurs préfèrent titrer l’État juif. Bien entendu, Herzl ne connut jamais la création de l’État d’Israël, puisqu’il est mort en 1904. Sa vision de ce que devait être selon lui l’État des juifs n’en est que plus intéressante, car elle permet de mesurer l’écart entre son rêve et la réalité d’aujourd’hui.

La première surprise, pour le lecteur contemporain, vient du sous-titre : Versuch einer modernen Lösung der Judenfrage, c’est-à-dire Tentative d’une solution moderne de la question juive. Quiconque ose aujourd’hui, dans nos media intellectuellement stériles, ne serait-ce qu’évoquer l’idée d’une “question juive” (ou d’un “problème juif”, ce qui revient au même), se fait immédiatement taxer d’antisémitisme et descendre en flammes par le prêt-à-penser politico-médiatique. Pour celui qui est aujourd’hui considéré comme un héros en Israël, c’était pourtant une évidence, et la motivation première de son travail.

Continuer la lecture

L’antisémite

Dieudonne-l-antisemite-shoahLors de sa sortie en 2012, le film “L’antisémite” de Dieudonné M’bala M’bala n’a fait l’objet, à ma connaissance, d’aucune critique honnête de la part des grands media dont c’est en principe le rôle : tous ont menti sur son contenu. Par critique honnête, je n’entends évidemment pas “critique favorable” : chacun sait qu’un même film peut être encensé par les uns et descendu par les autres, pour des raisons subjectives qui sont propres à toute oeuvre artistique. J’entends seulement, une critique qui ne dénature pas totalement le film, voire le fait passer pour l’exact opposé de ce qu’il est. Or, de cette mission dont normalement les critiques de cinéma professionnels doivent s’acquitter, seuls quelques blogs ont daigné s’occuper (certains en parlant aussi sans l’avoir vu, passant totalement à côté de la véritable nature du film). Pourquoi ? Je vais tenter par cet article de fournir quelques éléments de réponse.

ATTENTION ! Si vous avez l’intention de voir ce film (que personnellement je recommande, mais c’est le seul avis subjectif que je donnerai ici), il est vivement conseillé de ne pas poursuivre la lecture, qui vous dévoilera le scénario et diminuera donc votre plaisir de cinéphile.

Continuer la lecture