Home » Fondamentaux » Le raisonnement circulaire

Le raisonnement circulaire

Le raisonnement circulaire est un raisonnement qui se mord la queue, tourne en rond et ne démontre donc rien du tout à part sa vacuité. Exemple :

“Je n’aime pas les petits pois. Et heureusement ! Car si je les aimais, j’en mangerais tous les jours, or j’ai horreur de ça.”

Bien évidemment, tous ne sont pas ridicules de façon aussi évidente ; on peut même dire que les journalistes en propagent avec constance dans leurs interviews, sans que cela soit forcément remarqué.

Essayez, par exemple, de leur faire comprendre qu’une des grandes lois de l’Histoire consiste, pour les vainqueurs d’une guerre, à l’écrire en se donnant le beau rôle, et bien sûr en exagérant toutes les horreurs commises par les vaincus, qui n’ont plus les moyens de protester.

Généralement, cette première étape peut être franchie sans trop de difficulté. Maintenant faites-leur remarquer qu’à l’issue de la seconde guerre mondiale, les Etats-Unis étaient dans le camp des vainqueurs (plus précisément, la partie de ce camp qui s’attribua l’ouest de l’Europe), et l’Allemagne nazie dans celui des vaincus (on peut même dire des laminés). Et qu’en conséquence, il est probable que nous vivions depuis lors en France dans une présentation des événements de cette époque embellissant au-delà du raisonnable le rôle de sauveurs des soldats américains, et exagérant au-delà du rationnel l’ampleur des crimes commis par les nazis.

Vous serez immédiatement accusé d’être un anti-américain primaire, un nostalgique du nazisme, un dangereux antisémite propageant la haine, voire un délinquant méritant la prison.

Pourtant, c’est toujours l’histoire des petits pois.

Invasion begins

La Libération, vue côté USA.


Partagez ! Email this to someoneShare on Facebook0Pin on Pinterest0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

2 commentaires sur “Le raisonnement circulaire

  1. Bonjour,
    Je découvre votre site, et me permets humblement de vous soumettre un raisonnement circulaire, issu du docu Arte sur les “Théories du complot”.

    1/ “Certains disent qu’il y a eu complot concernant l’événement X, mais en “cherchant” un peu (pas trop vu qu’on est journalistes…) on s’aperçoit que des gens au FN disent que X est un complot. La théorie du complot vient du FN, il n’a donc aucune valeur, fin de l’histoire…”

    2/ “Des gens du FN disent un truc X (quel qu’il soit). C’est forcément faux puisque le FN croit à la théorie du complot”

    J’essaie de formaliser:

    Les théories du complot sont fausses parce qu’elles viennent du FN, les théories du FN sont fausses parce qu’elles viennent du complot.

    1. C’est en effet assez circulaire mais surtout c’est un raisonnement par amalgame : je ne peux pas croire à ce que dit X sur le sujet A parce que X a dit quelque chose sur le sujet B qui est idiot. Ici, le FN sert de repoussoir, on suppose que parce que le FN dit quelque chose, c’est une ânerie. Et si Hitler disait que l’Angleterre était une île, on était obligé de dire qu’il avait tort ? Je ne compare bien sûr pas le FN au NSDAP, c’est juste pour montrer l’absurdité du raisonnement par amalgame, cette paresse de l’esprit qui finit toujours par diviser les peuples en groupes de plus en plus étanches ne s’adressant plus la parole. C’est d’ailleurs le but de certains, semble-t-il !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *