Home » Actualité » Ailleurs » Gilles Clavreul suscite la colère des militants antiracistes (E&R)

Gilles Clavreul suscite la colère des militants antiracistes (E&R)

7509433Il y a antiracisme et antiracisme

Si la situation intercommunautaire n’était pas aussi tendue en France, on prendrait le temps de rire de cet épisode ubuesque. Pensez donc, les professionnels de l’antiracisme formés par cet ami des peuples qu’est le Parti socialiste se heurtent au poisson-pilote des associations antiracistes qui placent l’antisémitisme au-dessus du racisme antinoir et anti-arabe. Parce qu’il faut dire les choses, et ne pas tourner autour comme le font les médias qui ont les chocottes desdites associations.

Dans ce pugilat par réseaux sociaux interposés, comme les choses ne sont pas dites, on se bat à coups d’antiracisme : c’est à qui sera le plus antiraciste. Évidemment, à ce petit jeu, le délégué interministériel, engagé pour jeter de l’huile sur le feu par les marionnettistes de Manuel Valls (le dessin arrive), perd immanquablement, tant sa fonction est louche.

Vous voulez qu’on aille plus loin ? OK. Il n’est là que pour créer un amalgame entre les musulmans français et les terroristes islamistes, pour que la communauté musulmane mette un genou à terre, et se soumette à la communauté juive. Parce qu’il semble que la première n’est pas suffisamment alignée sur les désirs de la seconde. On dit qu’elle n’est pas assez intégrée. Ben oui, à chaque manif sur la Palestine ou boycott des produits israéliens, il y a une majorité de musulmans. On dirait qu’ils ont pas compris qui dirige !

Continuer la lecture sur Égalite & Réconciliation ⟶

[Commentaire de l’auteur de ce blog : l’idée que l’antiracisme institutionnel soit en réalité une forme particulièrement perverse de racisme (parce que véhiculant l’idée qu’on aurait moins le droit de condamner des criminels, escrocs ou imposteurs en raison d’une ethnie différente de la sienne, par exemple) n’est pas nouvelle.

Ce qui l’est par contre, c’est la conscience de cette manipulation par les “antiracistes” sincères à la base de ces associations, n’ayant pas l’esprit suffisamment clair pour comprendre que le véritable antiraciste est celui qui ne tient aucun compte de la race dans ses paroles et ses actes, et non celui qui tente (en vain) de démontrer “scientifiquement” que les racistes ont tort. Mais les “antiracistes” (faux) du sommet étant contraints à la surenchère dans l’absurde, par exemple en restant sourds et aveugles à l’appel à l’extermination nucléaire d’un peuple lancés par des hyper-racistes juifs sionistes, la dissonance cognitive produit un effet salutaire dans les consciences amollies.

Amollies sur le plan de la logique peut-être, mais pas vraiment pour ce qui est du sentiment d’injustice. Il semble qu’à trop se situer au-dessus des lois et de la morale, “l’élite” dirigeante ait oublié un fait simple et robuste : le peuple, quel que soit son niveau d’éducation, a une conscience aiguë de l’injustice. Et la seule façon de le tromper consiste non pas à lui faire prendre une injustice pour de la justice, mais à lui désigner un faux coupable à la place d’un vrai. Ce qui peut fonctionner un certain temps si le bouc émissaire est lointain et mal connu, mais fonctionne de moins en moins bien quand le faux coupable est le voisin et compagnon de galère.

Voilà pourquoi, après avoir tenté l’arnaque du millénaire en essayant de faire croire à des terroristes islamistes à cutter capables de toucher en plein cœur l’hyperpuissance militaire mondiale, et après en avoir remis une couche bien épaisse dans la mise en scène de la barbarie (trop même, au point d’éveiller les soupçons), l’hyperclasse mondiale (qui n’est ni américaine, ni juive, ni franc-maçonne, ou de toute autre catégorie simple, mais juste définie par un délire criminel de pouvoir absolu) finira par tomber grâce à de simples citoyens, et pourquoi pas handicapés.]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *