Home » Détente » Mediamensonges » Travaux Pratiques » Esprit critique, es-tu là ?

Esprit critique, es-tu là ?

Beaucoup pensent que démonter la théorie du complot officielle du 11 Septembre nécessite de gros efforts intellectuels basés sur des connaissances – notamment scientifiques et techniques – de haute volée. C’est très exagéré : il suffit de savoir lire les journaux – même les “grands” journaux, oui, pas besoin d’aller fouiller dans les recoins1 obscurs de la “complosphère” – et d’avoir le sens de la dérision.

Exemple : le 27 avril 2014, on pouvait lire dans un article du Figaro qu’un morceau d’avion avait été retrouvé sur le site des attentats du 11 septembre (2001, car il y eut aussi un 11 septembre 1973, ne l’oublions pas). Voilà de quoi conforter la thèse complotiste officielle et clouer définitivement le bec aux doux dingues qui osent affirmer qu’il n’y eut point d’avions-suicides à New York City ce jour-là, me direz-vous.

Est-ce bien sûr ?

On parle d’abord (sur CNN) d’un morceau de train d’atterrissage, puis finalement on rectifiera : il s’agit d’un morceau d’aile (même si le Figaro s’emmêle les pinceaux en se contredisant dans son article). L’erreur est compréhensible, seuls des spécialistes peuvent identifier à coup sûr cette petite partie d’un gros avion, dont CNN nous dit qu’elle mesure 5 pieds par 4 pieds par 17 pouces soit, en unités révolutionnaires françaises, environ 1,50 m par 1,20 m par 43 cm. Plus surprenant, cette pièce a été retrouvée dans l’espace très étroit situé entre deux immeubles, dont CNN nous dit qu’il ne mesure que 18 pouces (environ 46 cm) de large. Un pouce de marge pour se faufiler entre deux hauts murs, cela tient du miracle pour un morceau d’avion propulsé à grande vitesse depuis la face nord de la tour sud du World Trade Center, seule éventualité qui semble “raisonnable” (et que Wikipédia entérine, voir schéma ci-dessous2).

La dernière croix rouge à droite (“Landing Gear”) indique le lieu, dans l’espace étroit entre deux immeubles, où a été retrouvé le morceau d’aile de Boeing 767, et non de train d’atterrissage comme on l’avait initialement cru.

D’ailleurs, selon l’article du Figaro du 30 avril (je souligne le passage le plus croustillant) :

“Un autre élément interpelle les enquêteurs. Une corde est enroulée autour du train d’atterrissage, qui a été retrouvé mercredi par des géomètres travaillant dans l’un des deux immeubles concernés. Ces derniers ont été embauchés par le promoteur d’un centre culturel islamique, dont le projet d’ouverture, à quelques mètres du site des attentats, avait suscité une forte polémique en 2010. Que fait cette corde ici ? Est-elle simplement tombée lors des travaux du centre culturel ? Ou bien a-t-elle servi à descendre le train d’atterrissage [piqûre de rappel de l’auteur de cet article : non, le morceau d’aile, il y en a qui ne suivent pas au fond…] entre les deux immeubles, dans un but malveillant ? La police n’exclut pas l’hypothèse, mais semble ne pas vraiment y croire. Elle note que l’éventuelle descente de la pièce d’avion avec une corde n’a pas endommagé les murs des deux immeubles, espacés d’un demi-mètre. «Pour arriver à faire entrer une telle pièce dans un espace aussi confiné (sans dégâts, NDLR), il aurait fallu la faire descendre avec un angle absolument parfait», indique un porte-parole de la police.”

En version originale non sous-titrée, cela donne ceci :

Donc, si l’on comprend bien, la police n’exclut pas l’hypothèse d’un acte malveillant… qui selon la journaliste de CNN pourrait être lié, enfin évidemment c’est pas sûr mais quand même, hein, ça paraît louche… à un “centre islamique” (en clair, une mosquée) qui justement se trouve juste à côté. Ouf ! Heureusement que ce n’était pas une synagogue, sinon on aurait eu droit à un commentaire antisémite des plus nauséabonds.

Mais reprenons la logique de l’éventuel “acte malveillant” : si l’on comprend bien, des personnes auraient voulu camoufler ce morceau d’aile dans cet endroit taillé sur mesure pour lui (à moins que ce ne soit l’inverse) pour faire croire… heu à quoi au juste ? Pour dissimuler des preuves irréfutables que ce sont bien des Boeing 767 qui se sont écrasés sur qui ont perforé les tours jumelles de New York le 11 septembre 2001 ? Des “islamistes” (peut-être, hein, on ne sait pas, mais on le suggère quand même) qui après avoir réussi l’attentat du siècle voire du millénaire, auraient voulu nettoyer l’endroit ni vu ni connu, façon “je glisse la poussière sous le tapis” (de prière) ?

Un tailleur de marque est l’accessoire indispensable pour asseoir une crédibilité journalistique.

Écoutons Alina Cho, la journaliste de CNN, penser pour nous à voix haute :

(à 1:06) “Look closely at this photo. There is clearly a rope entangled in the wreckage. But why would anyone deliberately put it here, if that is indeed what happened? Nobody knows…”

(à 2:10) “One of the questions investigators want answered is: if this piece is indeed from 9/11th, which plane did it come from? Did it come from American Airlines flight 11 which crashed into the north tower, or United Airlines flight 175, which slammed into the south tower? Another question is this: how will that massive piece of landing gear be removed from such a narrow space, will parts of the buildings have to be demolished? For now, those questions remain unanswered.”

Soit pour les francophones :

“Regardez bien cette photo. Il y a clairement une corde emmêlée dans les débris. Mais pourquoi quelqu’un aurait-il voulu les mettre délibérément ici, si c’est bien ce qui s’est passé ? Personne ne sait…”

“Une des questions auxquelles les enquêteurs veulent répondre est celle-ci : si cette pièce provient bien des attentats du 11 Septembre, de quel avion provient-elle ? Du vol 11 de American Airlines qui s’est écrasé dans la tour nord, ou du vol 175 de United Airlines, qui s’est éclafouéré3 dans la tour sud ?” [Note à Alina : dans le cadre de la théorie standard, le schéma ci-dessus extrait de Wikipédia peut t’aider.] Autre question : comment va-t-on retirer d’un endroit si étroit un morceau de train d’atterrissage [en fait, un morceau d’aile, rappelons-le] aussi massif, des parties des bâtiments devront-elles être démolies ? Jusqu’à présent, ces questions demeurent sans réponse.”

Aidons d’abord Alina du haut de notre avantage temporel : en 2018, l’immeuble situé au 51 Park Place apparaît dans Google Maps comme démoli et remplacé par un autre en construction. Le problème de l’enlèvement de l’encombrant est donc résolu.

Ensuite, suggérons-lui que s’il semble très difficile de retirer le morceau sans démolir quelque chose, c’est peut-être qu’il est encore plus difficile qu’il y soit entré à la suite d’un vol plus ou moins plané (c’est un bout d’aile, certes, mais sérieusement dégradé question portance, voir photo), sans doute plus proche de la trajectoire d’un projectile freiné. Laquelle se termine rarement par un virage brusque suivi d’une chute verticale, on n’est pas chez Bip Bip et Coyote mais dans le vrai monde de la réalité de tous les jours.

Il serait par contre infiniment plus logique de penser que si l’objet est là orné d’une corde, c’est sans doute qu’il a pris tout son temps pour descendre au bout de ladite corde, et avec des êtres humains observants à l’autre bout de la corde, ayant quelques notions de manutention reposant elles-mêmes sur des notions de physique de base (le concept de fil à plomb par exemple). Vu la présence de la corde, la question à poser n’est sans doute pas “comment a-t-il pu y entrer ?” mais plutôt “pourquoi n’en est-il pas sorti ?”. Peut-être simplement parce que, au vu des réactions de la foule terrorisée en ce 11 septembre 2001, il n’a pas été jugé nécessaire de sortir une pièce supplémentaire de sa cachette pour convaincre cette foule que des avions de ligne avaient bien percuté les Twin Towers. Ou peut-être la corde a-t-elle cassé à la remontée, pourquoi pas.

Bien souvent, ce sont des inversions de paradigme qui permettent de comprendre simplement un problème d’apparence difficile.

Ah, si tous les humains faisaient confiance à leur raison, n’avaient pas peur de (se) poser des “questions bêtes”… jusqu’où l’humanité pourrait-elle aller ? On n’a pas toujours besoin de simulations numériques luxueuses pour répondre à des questions complexes (“garbage in, garbage out” dit avec raison un proverbe américain) ; l’esprit critique qui sommeille en chacun de nous ne demande qu’à se réveiller !

Peut-être serait-il temps de comprendre qu’une continuation de l’effort de guerre n’est pas ce qu’il y a de mieux pour apporter la paix ? Même des banquiers peuvent le comprendre4

  1. Pardon pour cette incongruité géométrique…
  2. En réalité, ce schéma indique le lieu approximatif, étant extrait de ce document officiel (figure 1-4) qui date de 2001. Il y a bien eu un morceau de train d’atterrissage retrouvé au n°45, mais le morceau d’aile retrouvé en 2013 était lui entre le 51 Park Place et le 50 Murray Street.
  3. Traduction libre de “slammed into” inspirée du patois limousin.
  4. À moins que ce ne soit pour faire oublier le reste.

10 commentaires sur “Esprit critique, es-tu là ?

  1. Brillant !

    Cela me rappelle une histoire avec un enfant “suspendu” dans le vide qui se serait miraculeusement rattrapé après une chute de 2 étages …
    Puis l’arrivée absolument inattendu d’un super malien capable de se hisser au 4ème étage pour rattraper l’enfant …

    Se rattraper d’une chute de 3 m (ce qui doit donner une vitesse de chute approximative de 20 à 25 km/h) à la seul force des bras doit faire partie de ces choses dont il serait mal vu de douter ! Surtout pour un enfant, dont le nom du père, évidemment absent à ce moment là, est à consonance maghrébine (d’après BFM TV).

    Merci pour le partage et pour le blog en général !

      1. Une pépite, franchement excellente cette publication, je ne pensais pas qu’il était possible de tomber sur ce genre d’article. Pour être honnête, je me suis simplement allé au simple “bon sens” (qui consiste simplement à penser l’inverse de ce qui se raconte dans les médias 99% du temps), et fait un simple calcul de vitesse pour un corps en chute libre (sans frottement pour idéaliser un peu les choses et donner une chance à cette histoire d’être véridique). Cette démarche n’est pas idéale je vous le concède !

        Pour revenir au sujet de l’article, il y a 2 points qui m’ont conduit à modifier ma grille de lecture sur ces événements.

        Le premier est la magie par lequel une feuille d’aluminium peut tailler des poutres en métal sans faire de traces. Magie bien sur démontrée par des simulations “luxueuses” pour revendre l’idée et rendre le discours consistant alors qu’il n’est pas possible de savoir comment sont faites ces simulations.

        Le deuxième est la ressemblance de la chute des tours avec une chute libre, montrant une absence total de maintien des étages inférieurs.

        Etre “complotiste” est définitivement la trace d’un sens de l’humour prononcé !

        1. Pour être franc je ne l’ai pas trouvé moi-même cet article d’arXiv, c’est un collègue (scientifique également, quoique pas physicien) qui me l’a signalé. Vous savez, on peut trouver des pépites partout, le problème est de savoir où elles se trouvent, ce qui demande du temps ou beaucoup de chance (et un peu de savoir-faire en recherche bibliographique aide un peu, quand même).

          Il est d’ailleurs amusant de voir qu’on me reproche d’être “négationniste” pour avoir (avec l’aide de Jean Bricmont je le reconnais très volontiers) cité et résumé des propos qui sont uniquement ceux d’auteurs au-dessus de tout soupçon en la matière, dont le célébrissime Hilberg qu’on trouve partout et bien sûr à la bibliothèque de mon université ! Les livres c’est bien, encore faut-il les lire (et les comprendre est encore mieux) !

          Pour l’interaction avion – gratte-ciel, attention à ne pas réduire l’avion à une peau d’alliage d’aluminium, il y a quand même des éléments plus rigides et résistants dedans ! Mais comme je l’avais déjà montré dans un article sur celui du Pentagone, on se moque allègrement de nous avec des “simulations” qui ne sont que des dessins animés sans lien avec les propriétés des matériaux en présence.

          1. Tout à fait, avant que la censure ne devienne trop importante …

            Oui vous avez raison. Je rajouterais que les aspects de la figure autoritaire prennent souvent le dessus sur la logique. J’ai moi même essayé d’expliquer à certaines personnes de mon entourage les troublantes chutes des tours dans un langage simple en soulignant les principes élémentaires de la physique.

            On m’a dit que je n’étais pas ingénieur en physique des matériaux ou autre …

            J’ai répondu que justement je reprenais des propos d’un ingénieur en physique des matériaux et professeur à l’université …

            Puis j’ai eu comme réponse brillante que cet ingénieur devait probablement être dépassé par “quelqu’un d’encore plus compétent” (comprendre titulaire d’un Bac +12) et qu’il était inconcevable que les avions ne puissent en réalité ne pas être. Bon j’ai eu le mérite d’essayer !

            J’ai essayé de vous contacter directement par email sur le site et je n’ai pas trouvé le moyen, y-a-t-il un lien direct ? Je souhaiterais échanger plus en détails avec vous.

          2. Il y a un formulaire de contact sur le blog qui avait disparu je ne sais pour quelle raison… j’ai dû faire une fausse manip sans m’en rendre compte. Il y est à nouveau, vous pouvez l’utiliser !

  2. il y a aussi des gens brillants qui pensent qu’il y n’a eu que 2 tours qui se sont effondrées sur elles mêmes.”Comment ça une troisieme tour ?”Les yeux hagards comme des soucoupes , leurs jambes se dérobant sous eux un peu comme les tours…”mais non! deux tours!” non trois! “mais non deux!…non trois…….Après j’ai laissé tomber.Ils seraient capables de diviser le montant de ma retraite par deux..non trois…..

  3. Le 11 Septembre est une inquiétante démonstration de la puissance du « VU À LA TÉLÉ »…
    Le travail de deconstruction des mythes médiatiques «  fossilisés » dans les esprits par le temps et la répétition, est un travail de longue haleine qui ne fait que commencer… ce travail sera long et douloureux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *