Chișinău – Comment sortir du crépuscule ?
(Slobodan Despot)

[Note de l’administrateur de ce blog : comme d’habitude avec Slobodan Despot, parlant ici lors d’un colloque à Chișinău en Moldavie, on prend de la hauteur et du recul.

Alors que d’autres en sont encore aux affrontements gauche-droite factices, que certains pétitionnent contre la guerre, pour la paix, contre les méchants et pour les bisous, que d’autres cherchent à Trump toutes les ressemblances possibles avec un Hitler qu’ils ne connaissent que de leurs manuels de lycée, et sans s’apercevoir que sa concurrente était pire, l’écrivain suisse nous parle d’effondrement de civilisation et de fin de cycle pluriséculaire.

Et c’est par là qu’il faut commencer : on n’est pas certain de guérir une fois posé le bon diagnostic, mais si on fait le mauvais, c’est encore plus improbable. Il n’y a donc pas d’autre solution que de s’attaquer aux fondations de l’édifice pour en construire un autre, patiemment. Mais la démolition elle-même pourra être rapide, même si le concept a généralement plus d’inertie que la matière, étant à support humain.]


Nous sommes tous réunis ici par un diagnostic commun. Le modèle économique, social et politique imposé ces deux ou trois derniers siècles par la civilisation d’Europe occidentale est en train de s’épuiser. Comme un animal aux abois, il s’enfonce de plus en plus dans l’agressivité. Et comme le scorpion de la fable, il semble avoir retourné son dard empoisonné contre lui-même.

Ceci est un truisme pour tous ceux qui sont réunis ici. Nous ne serions probablement pas venus d’horizons aussi différents pour nous retrouver ici si nous ne partagions pas ce credo de base. Pourtant, il serait utile de nous interroger sur ce que recouvre exactement cette conviction.

Lorsqu’on parle de capitalisme financier, on pourrait tout aussi bien parler du monde moderne. Et même de la civilisation où nous vivons en soi, autrement dit de la civilisation tout court. En effet, il n’existe plus nulle part au monde de modèle alternatif à celui où nous vivons. Tout au plus voit-on çà et là des curiosités telles que les survivances locales de coutumes anciennes ou d’infimes esquisses d’organisations sociales fondées sur des utopies : phalanstères, coopératives, zones autonomes, etc.

Continuer la lecture sur le saker francophone ⟶

Quelques suggestions de lecture pour s’élever au-dessus du bordel ambiant, sur ce blog :

Emporté par sa vanité, le jeune Macron déclenche la colère des chiites d’Irak (E&R)

Connerie sur connerie. C’est ainsi qu’on pourrait résumer la gestion du dossier irakien par notre Premier ministre des Affaires étrangères, le président Emmanuel Macron 1er en personne. Car Le Drian fait de la figuration, encore plus depuis qu’il a voulu donner une leçon de morale au président syrien Bachar al-Assad.

Une sortie malvenue et totalement mensongère puisque l’ex-ministre de la Défense du piteux président Hollande a carrément accusé Assad d’avoir « passé son temps à massacrer son peuple », tout en faisant croire que la France avait permis de gagner la guerre contre l’État islamique… Pauvre ministre, dont les services ont aidé les groupes rebelles et les mercenaires d’al-Nosra contre le gouvernement de Damas et ce, pendant plus de quatre ans !

Si nous sommes de bons patriotes, nous devons malheureusement reconnaître que notre pays, dirigé par une bande de traîtres, a fait partie du camp des agresseurs et des déstabilisateurs de la Syrie. La moindre des choses, après de tels propos, aurait été de démissionner. Mais Le Drian est toujours là, continuant à délirer sur la responsabilité d’Assad dans la guerre d’agression impériale en Syrie…

Emmanuel Macron avait pourtant bien commencé son quinquennat en remettant la France dans le concert des nations qui comptent en matière de diplomatie, en particulier au Proche-Orient. Un rapprochement avec la Russie, quelques piques à l’encontre d’Israël et des États-Unis… Certes on était loin de l’indépendance prônée par le gaullisme des années 60 mais on s’éloignait de l’archisoumission publique du déplorable Hollande.

Continuer la lecture sur Égalité & Réconciliation ⟶

En rapport avec la désastreuse politique étrangère “française” au Moyen-Orient, voir aussi sur ce blog :

  • l’utilité de la physique pour démonter les mensonges d’une oligarchie criminelle : Fabius, le golf et le badminton
  • l’esprit critique comme politesse du désespoir (ou de la honte d’être représenté par de tels gouvernements) : Sourate de la jument
  • comment rigoler un bon coup quand un ex-réparateur de chaussures se mêle de donner des leçons de physique à un physicien en exercice depuis plus de vingt ans : Les étranges inventions de M. Kalifat

Biomimétisme, économie de la connaissance
et religion impensée de l’Occident

Le 30 avril 2016, le site Égalité & Réconciliation relayait la conférence – passionnante – donnée par Idriss Aberkane sur le biomimétisme, dans le cadre d’une audition demandée le 25 février 2015 par le Conseil Économique, Social et Environnemental. Idriss Aberkane est “professeur à Centrale-Supélec., chercheur à Polytechnique, chercheur affilié à Stanford et Ambassadeur de l’UniTwin/Unesco pour la section « systèmes complexes »” … ouf ! Difficile d’avoir un CV plus béton, surtout à un âge qui permet encore de parler “comme les jeunes” sans craindre le ridicule. Nous avons donc là une “vedette” du monde universitaire, un “turbo-prof” qui saute d’avion en avion pour honorer tous ses engagements qui, à ce niveau de prestige, ne peuvent évidemment se limiter à un seul continent.

Comme vous pourrez le constater en regardant la vidéo ci-dessous, la conférence du jeune prodige consistait en une demi-heure d’exemples spectaculaires sur les prouesses techniques réalisées par la Nature, et dont nous ferions bien de nous inspirer si nous voulons résoudre nombre de problèmes environnementaux. Avec en fil rouge cette idée simple : si les matières premières sont limitées, la connaissance, elle, ne l’est pas ; il suffit donc de baser la croissance sur la connaissance au lieu de la baser sur l’exploitation des matières premières pour résoudre le conflit entre croissance et épuisement des ressources.

Continuer la lecture

Photomontage (E&R)

[Note de l’administrateur de ce blog : pour les non-fans de rap tels que moi-même, Lacrim, de son vrai nom Karim Zenoud, est un rappeur français d’origine algérienne, né à Paris et ayant grandi en France, qui un passé délinquant et carcéral chargé. Et peut-être même un futur, puisqu’on ne fait chanter que ceux qui ont suffisamment de casseroles.]


Source : les dessins de la semaine.

 


 “À une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire.” 1

(Attribué faussement à Eric Arthur Blair alias George Orwell, mais sans doute parce que ça colle pile poil à son œuvre)

 

“Pourquoi tu ris, connard ? Tu vois pas que c’est juste la vérité ?”

(Dieudonné M’Bala M’Bala, de mémoire)

Quoi… vous n’êtes pas encore vacciné contre la grippe ? (Santé Corps Esprit)

[Note de l’administrateur de ce blog : attention, information “antisémite” selon les critères1 en vigueur dans certains cercles de pouvoir. En effet, non content de montrer, références scientifiques à l’appui, que le vaccin contre la grippe est pour l’essentiel une arnaque, Xavier Bazin rappelle que le groupe Sanofi, grand bénéficiaire de la campagne vaccinale (c’est Le Monde qui le dit) est dirigé par Serge Weinberg, un des amis proches d’Emmanuel Macron et “parrain” de celui-ci pour son entrée à la banque Rothschild, où il gagna 2,8 millions d’euros en salaires et bonus, en 3 ans. Soit 78 000 € par mois à la louche (de caviar).]


Cher(e) ami(e) de la Santé,

Partout où je vais, je reçois le même message : « Vaccinez-vous contre la grippe ! ».

Hier, à la pharmacie, un petit panneau disait : « Faites-vous vacciner ici contre la grippe ! »

Il y a quelques jours, j’ai vu un médecin avec un pin’s fièrement épinglé sur son torse : « Vacciné contre la grippe, pour vous protéger ».

Et je ne parle pas des médias, qui multiplient les titres comme :

« Allô ? Avez-vous pensé à vous faire vacciner contre la grippe » 2

« Le vaccin contre la grippe est un bon investissement » 3

et même, dans le Figaro : « Faut-il rendre obligatoire le vaccin contre la grippe? »

Et pourtant…

Quand vous regardez les études scientifiques, le message est totalement différent !

Continuer la lecture

Prostate : la grande erreur (Richard J. Ablin)

“Quand on n’a qu’un marteau, tout devient un clou” dit le proverbe. C’est un problème récurrent, et même de plus en plus fréquent, dans l’activité scientifique contemporaine : l’hyper-spécialisation des chercheurs fait d’eux des experts de pointe dans l’utilisation d’un appareillage complexe (et généralement très coûteux) ou dans la manipulation de concepts qui paraîtront tout à fait ésotériques même à d’autres membres de leur discipline. Cet investissement intellectuel et financier croissant les rend de plus en plus imperméables à des changements radicaux de paradigmes, pourtant souvent nécessaires dans les grandes percées de la science (un bref exemple avec Dirac ici).

Mais le problème s’aggrave encore lorsqu’à l’aspect purement humain s’ajoute la pression financière, qui oriente les recherches dans la direction qui génère le plus de profits pour certains, et non dans celle qui maximise le bien commun. C’est particulièrement vrai en médecine, où les laboratoires pharmaceutiques, qui sont des entreprises capitalistes comme d’autres et sont donc gouvernées par la recherche du profit, ont vite fait de présenter comme des progrès thérapeutiques ce qui n’est que l’asservissement de la pratique médicale au marteau universel de la médecine occidentale : l’analyse.

Je vous propose ci-dessous un cas particulièrement criant de “faux progrès”, le dépistage du cancer de la prostate par le dosage de PSA (antigène prostatique spécifique), via la traduction d’un article paru le 9 mars 2010 dans le New York Times, et dont l’auteur n’est autre que le découvreur de cet antigène prostatique spécifique, un chercheur américain. Le fait qu’il semble particulièrement bien placé pour en critiquer l’utilisation ne semble pas suffisant pour pousser les autorités médicales à prendre les mesures de santé publique qu’il recommande.

Continuer la lecture

1 2