Home » Fondamentaux » Mediamensonges » Travaux Pratiques » 11-Septembre : la faillite des institutions

11-Septembre : la faillite des institutions

René Magritte, "Orage un" (1932)

René Magritte, “Orage un” (1932)

Je l’avais déjà signalé sur ce blog, l’année dernière, la revue officielle de la Société Européenne de Physique, Europhysics News, a publié un article qui connut un grand succès, bien au-delà de son lectorat habituel, à tel point que le serveur de la revue rendit l’âme quelque temps sous l’afflux de connexions. Un article qui fut publié comme les autres sur invitation et, ce fut bien précisé, à l’occasion du quinzième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001.

Ce premier séisme fut assorti de répliques : dès le numéro suivant, le président de l’EPS crut nécessaire de rédiger un éditorial en forme de pirouette intitulé “Déni de science” où chacun put trouver ce qui l’arrangeait : les croyants en la thèse officielle, prenant les “complotistes”1 pour de doux dingues, étaient rassurés de pouvoir continuer à rêver, tandis que les moins naïfs, plus sérieux ou plus travailleurs ne pouvaient qu’acquiescer à cet encouragement pour appliquer la physique, toute la physique et rien que la physique, en faisant fi du qu’en-dira-t-on. Dans le même numéro, et dans la même veine, deux “lettres aux éditeurs” furent publiées (p. 43), l’une de José Zorrilla, un ingénieur en génie civil d’Uruguay, qui s’offusquait de la publication de l’article blasphématoire d’Europhysics News et tenait à affirmer sa foi en la version officielle de l’effondrement des tours ; l’autre d’un ancien employé du NIST de 1997 à 2011, Peter Michael Ketcham, vidant son sac après avoir été dégoûté par la façon dont le NIST s’était acquitté de sa mission d’enquête, n’hésitant pas à enfreindre les règles les plus élémentaires de l’investigation scientifique.

Au numéro suivant, le premier de 2017, ce fut au tour des auteurs mis en cause par le premier article (J.-L. Le et Z.P. Bažant) de riposter2 : c’est bien normal, car la règle en science est d’échanger des arguments contraires. Ce qui l’est moins, c’est de le faire en pensant qu’on aura davantage raison en criant plus fort (c’est-à-dire, à l’écrit, en employant des arguments encore plus osés que les premiers), en employant des termes méprisants envers ses contradicteurs (“lay critics”, soit “critiques profanes”) ou en faisant étalage de ses médailles scientifiques en guise d’argumentaire (le mini-CV de Bažant en fin d’article vaut son pesant de médailles de maréchaux soviétiques).

Je reviendrai certainement sur cet article, tant il est exemplaire de ce qu’il ne faut pas faire si l’on veut démontrer quoi que ce soit en science ; mais c’est un tâche ardue car il est beaucoup plus difficile de démonter – surtout de façon compréhensible par le grand public, ce qui est le but de ce blog – des enfumages réalisés à coup de mathématiques luxueuses et de termes savants, que d’expliquer simplement de véritables résultats scientifiques d’importance. Sur un tout autre sujet, les curieux pourront consulter une conférence que j’avais réalisée dans mon université en 2010, qui démonte 6 minutes d’une conférence de Vincent Courtillot dont il ne reste, en définitive, pas grand-chose de correct. La réalisation technique laisse à désirer (les pages de la présentation étant parfois massacrées) mais la démonstration reste compréhensible.

Revenons donc au sujet : je vous propose aujourd’hui un témoignage, celui vécu de l’intérieur de l’institution universitaire lorsque, taquin comme toujours, je décidai de porter à la connaissance de mes collègues cet article “complotiste” de Europhysics News qui, une fois n’est pas coutume, ne venait pas d’un site complotiste-antisémite-d’extrême-droite-rouge-brun mais bel et bien de l’organe tout à fait officiel d’une société savante. Je le fis via la liste de diffusion du forum virtuel de mon université, liste où chaque membre est libre de s’inscrire ou non, tout comme la liste de petites annonces par exemple. On y discute, généralement, de sujets pas directement “obligatoires” pour le travail universitaire, comme des motions et réunions syndicales, activités de loisirs, etc.

Voici exactement – liens compris – le message que j’envoyai, le 14 septembre 2016 à 22h59 :

Bonjour/bonsoir,

Enfin ! Après avoir gobé comme un seul homme les mensonges du NIST et de divers scientifiques complices (une pensée toute particulière à quelques collègues de l’Université de Purdue…), la communauté scientifique, et plus particulièrement celle des physiciens, semble sortir doucement d’hibernation.

Un journal scientifique “sérieux”, Europhysics News, le magazine de la European Physical Society, que je reçois par mon adhésion à la Société Française de Physique (version luxe, car c’est une option), daigne publier dans son dernier numéro un article affirmant que le 11 septembre 2001, 3 gratte-ciel new-yorkais ne se sont pas effondrés à cause d’incendies, mais bien par suite d’un acte de démolition contrôlée (plus ou moins, serait-on tenté de rajouter pour deux d’entre eux).

C’est à lire ici. Ou là pour le numéro entier.

Remarque : la démonstration est beaucoup plus simple que la longueur de l’article, qu’on peut qualifier de laborieux, ne le suggère. Et les auteurs ne brillent pas, selon moi, par leur rigueur, puisqu’ils continuent à parler de ce que tout le monde a “vu à la télé” comme s’il s’agissait d’une preuve… alors que des images peuvent être aussi, quand on est scientifique, la preuve d’une réalité “modifiée” (il suffit qu’elles soient contraires aux lois de la physique : les vols de balais de sorcière chez Harry Potter par exemple).

Mais c’est un signe. Le bout du tunnel serait-il en vue ?

Question : faudra-t-il 15 ans de plus pour publier la démonstration du mode opératoire utilisé pour ces démolitions ? La réponse, en réalité, est à la portée d’un bon étudiant de licence, pourvu qu’il soit curieux et audacieux… mais toujours, comme il se doit en physique, rigoureux. Un indice : Enrico Fermi et les accordeurs de piano de Chicago.

Bonne lecture complotiste (*),

F. Roby

(*) au cas où cela aurait échappé à quelques-uns, la version “officielle” des attentats du 11 septembre 2001 est tout aussi complotiste que les autres, puisqu’elle n’envisage pas une seule seconde l’hypothèse d’un accident de la circulation aérienne, ni celui d’une catastrophe naturelle.

Certes, il n’est pas obligatoire de répondre sérieusement à un message envoyé sur un forum, fût-il universitaire : on y échange parfois des blagues, ou des invectives lorsqu’on n’est pas d’accord, et je n’ai rien contre cela. Mais vu l’importance du sujet et l’origine du document – une revue de physique tout ce qu’il y a de plus sérieux – je m’attendais quand même (serais-je naïf ?) à au moins quelques réponses “sérieuses”, c’est-à-dire argumentées… dans le sens de l’article ou pour en montrer ses lacunes, peu importe.

C’était sans compter qu’on touchait là au dogme absolu, pire que la virginité de Marie ou l’invention du ski nautique par Jésus : la Sainte Trinité Onze Septembre – Ben Laden – Al Qaïda. De quoi mériter une excommunication immédiate et le supplice de la roue en place publique. Les apôtres du Dogme se manifestèrent donc promptement, tous plus médaillés les uns que les autres, pour faire taire le blasphémateur ; je vous livre ci-dessous quelques réactions des plus significatives, avec les titres des intervenants (leurs prénoms ont été modifiés).

Le 15 septembre à 10 h 35, Pierre, un cadre de la présidence, s’exclame :

Bonjour,
D’autres énigmes plus anciennes restent également bien troublantes.
Par exemple le Titanic aurait percuté un iceberg, je veux bien.
Mais on a retrouvé aucune trace de l’iceberg parmi les débris.
Pourtant cette explication est la seule qui nous est proposée depuis des années.

Cela est troublant.

Un peu court, jeune homme, mais bien essayé. Je répondis donc sur le même ton :

Les blagues Carambar, c’est bien mais ça ne fait pas progresser la science.

Par contre, si vous avez une idée pour nous expliquer comment Newton a été prié de rester couché ce jour-là, je pense que ça intéressera du monde.

Au passage, vous seriez capable de résoudre un exercice de mécanique du point de première année ? Ou vous êtes aussi compétent en ce domaine que moi en danse classique ?

Il faut, de temps en temps, faire remarquer que ce qui fait la particularité des sciences dures – encore appelées sciences inhumaines et asociales – c’est qu’on y fait des démonstrations, et pas seulement des bavardages. Du coup, un docteur en espagnol, André, vint à la rescousse à 11 h 12 :

Compris Pierre ?
Vous êtes prié de laisser François Roby faire avancer la science !!

Et surtout, n’exprimons pas le moindre doute au sujet de ses allégations : M. Roby n’accorde de crédit qu’à ceux qui abondent dans son sens…

Ah… et avant que la question ne me soit posée et que je ne sois discrédité à mon tour d’un trait de plume rageur : non, je ne suis pas “[…] capable de résoudre un exercice de mécanique du point de première année […]”… Me voici donc définitivement rayé – tout comme Pierre, je suppose – de la catégorie des êtres pensants. Je vous prie donc de considérer à l’avenir toute opinion émanant de mon cerveau embrumé – en particulier celles concernant l’intérêt et la pertinence de ce qu’il est à présent convenu de nommer le ‘complotisme robynien’ comme nulle et non avenue.

Pour ce qui est de vos compétences en danse classique, je vous laisse seul juge…

S’écartant dangereusement du discours des apôtres, un collègue docteur en informatique, Youssef, tente un résumé plus factuel à 14 h 50 :

Revenons à l’information importante dont nous fait part François : un journal scientifique crédible accepte de publier un article affirmant que les 3 tours qui se sont effondrées le 11 septembre 2001 l’ont été par un acte de démolition contrôlée.

Cette considération a des implications importantes sur les modalités de cet attentat : les 3 tours devaient être équipées avant pour exploser le jour J. Quand, comment et par qui ?

Comment intégrer des réponses à ces questions à la version officielle ?

Auquel Michel, un doctorant en sciences, répond à 14 h 55 avec une remarque pertinente :

Ou bien cela remet en question le système des journaux à comité de lecture. Au choix.

Afin d’encourager l’auteur de cette observation sensée, je répondis à 15 h 05 :

Il n’est évidemment pas interdit de le faire (j’ai de nombreux exemples à fournir, en particulier avec Courtillot…).

Mais ça n’autorise pas des gens qui se prétendent scientifiques à refuser de mettre le nez dans un exercice de mécanique du point de niveau première année.

Oui, je dis bien : première année, et encore, en début de cours, où on se limite à une dimension. Apparemment, certains parviennent au doctorat sans passer par la première année. Ou alors en compensant à mort avec les UE pluridisciplinaires du type bistrot-tarot-pétanque.

Celui qui ne vérifie pas les données et/ou les raisonnements ne fait pas de science.

À 15 h 15, c’est au tour de Micheline, chef de section au service de documentation, d’intervenir :

Une question à 1000 boules : au bout de combien d’années, peut-être de siècles, sachant que le 11 septembre arrive environ une fois par an, vous lasserez-vous (“vous” vous reconnaîtrez…) de ces pseudo-débats, dont on/je se/me demande s’ils vous amusent, vous inquiètent, vous passionnent, ou si c’est juste que vous n’avez strictement rien d’autre à faire ?? (oui, moi non plus, je n’ai rien d’autre à faire pendant 2 à 3 minutes…)

On peut donc travailler en bibliothèque universitaire et gober comme un grain de riz les multiples violations de la physique et du bon sens incluses dans la narration canonique des attentats du 11 septembre 2001.

Du coup, Youssef en rajoute une couche, à 16 h 31, pour tenter d’expliquer à Micheline le côté rationnel de cette “obsession” :

Pourquoi s’intéresser, 15 ans plus tard, au déroulement des attentats du 11 septembre ?

Voici quelques raisons :

  • dès le départ, l’explication officielle de nombreux aspects ne tient pas debout. Il est normal et sain de chercher des raisons plus rationnelles. Ce récent article va dans ce sens ;
  • l’entêtement à défendre l’inacceptable (au sens des lois physiques) est une insulte à l’intelligence. Difficile de s’en satisfaire ;
  • l’observation des méthodes de mise à l’index des lanceurs d’alertes sur ce sujet est intéressante en elle-même ;
  • les répercussions de cet événement sont planétaires et continuent encore (déclenchement de la “guerre contre le terrorisme”, diminutions opportunes des libertés individuelles, déstabilisation brutale du moyen orient, haine de l’occident accrue, représailles et terrorisme à plus grande échelle en retour… On repart pour un tour ?)

Mais c’est vrai, pourquoi attendre les dates anniversaires pour évoquer ces détails ? Tâchons de partager les dernières avancées dans ce domaine plus régulièrement.

À 17 h 15, Edgar, un docteur en droit, s’invite dans la discussion :

Effectivement, on nous ment depuis des années!!

La preuve irréfutable en vidéo:

Images inédites du 11 Septembre

Des images inédites du 11 Septembre!! Découvrez ce qui s'est REELLEMENT passé!! Nous vous révélons TOUT!!!Complots faciles pour briller en société (Merci Heron Maiden pour l'envoi)

Publié par Complots faciles pour briller en société sur samedi 16 janvier 2016

Plus sérieusement, la très sérieuse revue citée par F. Roby prend elle-même beaucoup de précautions avec cette publication, ce qui n’est apparemment pas dans ses habitudes lorsqu’on parcourt les autres numéros. Un disclaimer en tout début d’article l’explique très clairement:

This feature is somewhat different from our usual
purely scientific articles, in that it contains some
speculation. However, given the timing and the
importance of the issue, we consider that this
feature is sufficiently technical and interesting
to merit publication for our readers. Obviously,
the content of this article is the responsibility
of the authors.

Gare aux hamsters et à leurs acolytes les cochons d’Inde!

À 18 h 01, c’est au tour de Pamela, une mathématicienne, de renchérir :

Des universitaires spécialistes des matériaux sont d’accord sur le fait que, un étage ayant été détruit par les avions, la tour ensuite ne peut que s’effondrer sur elle-même, en raison du poids des étages supérieurs qui n’ont plus d’assise et font petit à petit descendre tout le reste… Or c’est bien que que nous avons vu.
Alors prudence sur les délires complotistes (même si je n’ai bien sûr aucune confiance, pas plus maintenant qu’il y a 15 ans, dans Bush et ses services, et les crois capables de tout)

Quelque peu désespéré par le niveau du débat, je tentai à 21 h 15 d’exiger un peu plus de tenue scientifique auprès de mes collègues :

Bonsoir,

Y a-t-il une personne dans cette université capable d’argumenter sur la base de données et de raisonnements à partir de lois scientifiques admises ?

Parce que les arguments du type “l’ami du coiffeur de ma tante m’a dit que des types avec plein de diplômes auraient validé la chose”, ce n’est pas exactement l’idée que je me fais de la science. Pour tout dire, sur une copie d’examen ça vaut même strictement zéro.

Et l’argument cité par Pamela aurait peut-être pu faire illusion… avant Newton, ce qui fait déjà une paye.

Pour rappel, les données sont simples : mouvement vertical descendant uniformément accéléré d’une structure initialement statique, d’accélération a environ égale aux 2/3 de celle de la pesanteur.

L’interprétation à tester est la suivante : effondrement suite à l’affaiblissement de la structure par la chaleur des incendies.

Et le bagage physico-mathématique nécessaire ne va pas plus loin que cette page Wikipédia.

Y a-t-il un génie (ou une génisse) pour m’expliquer comment rendre compatibles les données (médiatisées certes, mais avec un peu moins de contrôle que celles des “avions”) et la théorie ?

Car comme le disait le génial Feynman en son temps : “If it disagrees with experiment, it’s WRONG. And that simple statement is the key of science.”

F. Roby

PS : Quant à rendre quelqu’un présumé coupable parce qu’il n’est pas sympathique, ça s’appelle un délit de sale gueule et ce n’est pas un signe d’intelligence. Il se pourrait fort bien que Bush soit innocent… mais que son élection “légèrement” contestable de 2000 ait été obtenue parce qu’il fallait absolument qu’il y ait le bon crétin au bon endroit au bon moment pour le succès d’un projet mûri de longue date.

Mais cela ne décourage pas Pierre qui en rajoute une couche le 16 septembre à 13 h 28 :

Bonjour,

j’ai suivi tous les conseils émis depuis ce jour et pour vous faire gagner du temps voici un condensé de ce que j’ai pu glaner sur le WWW et qui remet en cause bien des vérités :

– le crash du vol 93 est en réalité une démonstration de voltige aérienne qui a mal tournée et que Boeing a maquillé en attentat terroriste.
– aucun avion ne s’est écrasé sur le Pentagone. En réalité il s’agit d’une capsule Space mountain propulsée trop violemment par une rampe mal réglée du Disneyworld d’Orlando

– la série X-files ne serait pas un documentaire (à creuser cependant).

Heureusement, commençant à sentir la faiblesse de l’argumentation, d’autres apôtres viennent à la rescousse avec des arguments lourds, comme Jacques, un professeur des Universités nanti de toutes les médailles nécessaires, à 17 h 47 :

Bonsoir,

Le document attaché permettra à ceux qui sont intéressés par ce débat d’approfondir un peu la discussion… sérieusement je l’espère comme dans tout débat scientifique.

Bien entendu, le document en question vient de ceux-la même dont les résultats ont été infirmés par l’article de Europhysics News que je citais : l’équipe de Bažant. On ne sera donc pas surpris d’y découvrir… strictement la même chose. Répéter une erreur (ou une fraude) serait-il prouver sa véracité ? Peut-on se dispenser de commenter les arguments des contradicteurs, lorsqu’on prétend faire de la science ? Il semble que transmettre sans modification les arguments d’une équipe dont certains ont démontré les failles suffise à reboucher ces mêmes failles, dans l’esprit d’universitaires trop sérieux et trop occupés pour s’abaisser à faire un réel travail scientifique, nécessitant de partir de la base : les données expérimentales et les lois connues.

Je répondis donc à 21 h 34, un peu impatient de lire un argumentaire valable :

Bonsoir,

Si par “sérieux” on entend “utilisant un luxe de vocabulaire technique ou mathématique et/ou des moyens informatiques fermés non vérifiables de type boîte noire”, alors en effet le document PDF non signé de 2 pages fourni par Jacques (ainsi que les publications auxquelles il renvoie) peut être qualifié de sérieux, comme la réalisation d’horoscopes par ordinateurs est une façon sérieuse (et moderne) de pratiquer l’astrologie.

En employant un vocabulaire plus factuel, la série de publications de Bažant et al. sur la chute de 2 des 3 tours effondrées au World Trade Center le 11 septembre 2001 est un cas particulièrement patent de fraude scientifique (je dis bien fraude et non erreur, car le nombre et la “qualité” des entorses à la rigueur scientifique exclut les simples maladresses), dont quelques-unes des manipulations sont clairement décrites dans l’article de Jones et al. paru dans le numéro de juillet-août 2016 d’Europhysics News que je mentionnais récemment.

Dimension frauduleuse à laquelle s’ajoute, pour Bažant lui-même et l’un de ses co-auteurs (Yong Zhou), une dimension comique non négligeable puisque le premier article de la série (non mentionné dans le PDF de 2 pages fourni par notre collègue) fut soumis très exactement le 13 septembre 2001. L’heure n’étant pas précisée, ni a fortiori le fuseau horaire dans lequel se trouvaient les auteurs au moment de la soumission, nous sommes dans l’impossibilité de connaître le délai exact qui sépare la chute de la première tour (WTC2, le 11 septembre 2001 à 09h58 heure locale) de la soumission de l’article, ni même de savoir si le début de sa rédaction est postérieur ou antérieur à celle-ci.

Mais puisque toute discussion sans démonstration n’est que simple bavardage qui ne mérite pas le qualificatif de scientifique, j’aimerais demander à Jacques s’il accepterait de résoudre un exercice de mécanique du point de première année. Publiquement dans un amphithéâtre serait plus convivial, mais à défaut, le forum de cette université pourrait servir de place publique.

Car je vais encore me répéter lourdement, mais finalement, en dépit de l’épaisse couche de moyens techniques et de l’arsenal mathématique conséquent qui nous encombrent parfois, il ne faudrait pas oublier l’essentiel de la méthode scientifique :

“If it disagrees with experiment, it’s WRONG.”

Nous ne pouvons que regretter un peu plus aujourd’hui que Richard Feynman, ce grand blagueur et pourfendeur d’autorités, soit mort en 1988.

L’effet ne se fit guère attendre : dès 22 h 45, Guillaume, un nouveau venu dans la discussion et docteur en géologie, releva le niveau :

Bonsoir,

Je profite de ce forum pour faire passer une annonce publicitaire :

« Lexomil® est indiqué chez les personnes qui souffrent d’anxiété sévère associée à des troubles qui peuvent devenir gênants, voire handicapants ».

Sur ce bon WE à tous, il faut reprendre des forces avant de recommencer nos simples bavardages qui ne méritent pas le qualificatif de scientifiques.

Le lendemain matin, 17 septembre à 11 h 34, Jacques répondit à ma demande de “sérieux” :

Cher Monsieur,

Tout d’abord voici le lien qui permet de télécharger le document en question car il était trop gros pour passer dans la liste de diffusion:

(lien interne à l’université)3

Comme ca chacun pourra savoir de quoi il s’agit

Je serais vous, j’éviterai les genres de propos diffamatoires que vous écrivez. C’est indigne.

Quant à résoudre des exercices de mécanique, je vous invite à venir prendre des cours à l’ISA BTP ou à y assister. Vous y trouverez toute la panoplie de ce qu’il est nécessaire de connaitre pour concevoir et dimensionner des structures. Pour ma part j’y fais les cours de dynamique des structures en [censuré]…

Ce sera mon dernier message sur cette liste et sur ce sujet.

Environ une heure plus tard, à 12 h 30, c’est au tour de Jean, lui aussi professeur des Universités tout ce qu’il y a de plus médaillé, d’entrer dans la discussion :

Mr Roby

Des scientifiques, il y en a, et plus qu’à en chercher. Merci à Jacques des précisions.
Ceux alimentant les sombres radotages dont il est question et qui ne sont, heureusement, pas légions, n’ont de ’scientifique’ que le titre qu’ils s’arrogent assez à tort ce me semble.

Sans plus d’humour déplacé, ayez s’il vous plait l’obligeance de cessez de nous enquiquiner avec ces vieilles antiennes complotantes qui font rire depuis 15 ans, et dont la vacuité n’a plus à être argumentée. Elle s’auto-démontre par ces inepties qui encombrent nos boites mails.

Nos métiers ainsi que les responsabilités qui les définissent appellent mieux. Votre mépris est je pense une satisfaction pour nous. Finalement ça vaut toutes les récompenses.

svp, pas de réponse(s)

Il semble donc qu’il soit inconvenant de demander à des gens importants – et en principe gardiens d’un savoir rigoureux – de s’abaisser à montrer où se trouve l’erreur dans un raisonnement – de niveau première année – publié dans une revue de physique internationale à comité de lecture (s’ils affirment que l’article est faux) ou, éventuellement, de valider cet article de leur expertise, et de réfléchir sur les conséquences que pourrait avoir dans notre perception du monde le fait que 3 gratte-ciel aient été démolis de façon intentionnelle le 11 septembre 2001 à New York, puisque tel est le résultat de cet article blasphématoire.

Mais si eux ne peuvent pas le faire, qui va s’en charger ? Mon garagiste ? Mon percepteur ? Mon concierge ? Ma boulangère ? Ma dentiste ? Tentant de garder mon calme, je répondis à 22 h 12 :

Cher collègue,

Votre texte était bien passé dans le message précédent, je l’avais donc lu ; mais il n’est toujours pas signé.

Mes propos (concernant Bažant et al. j’imagine) ne sont aucunement diffamatoires mais factuels, la fraude étant prouvée depuis de nombreuses années, même si elle peut échapper au lecteur distrait du Journal of Engineering Mechanics en raison de la forme ternaire particulière des échanges qui y ont cours (paper -> discussion -> closure), qui donne toujours le dernier mot à l’auteur initial.

Le débat scientifique que vous appeliez de vos vœux inclut – et même nécessite – la possibilité de réfuter librement les écrits ou paroles de quiconque. Je m’y étais d’ailleurs déjà employé en 2010 en montrant les multiples erreurs (je ne peux affirmer “fraude” dans ce cas) contenues dans quelques minutes d’une conférence de Vincent Courtillot, directeur de l’Institut de Physique du Globe de Paris, et en détruisant ainsi sa démonstration. Je vous invite donc une nouvelle fois à méditer la définition selon Feynman de la méthode scientifique, retranscrite ici :

If it [the theory, or “guess”] disagrees with experiment, it’s wrong. In that simple statement is the key to science. It doesn’t make any difference how beautiful your guess is, it doesn’t matter how smart you are who made the guess, or what his name is… If it disagrees with experiment, it’s wrong. That’s all there is to it.”

(et je vous invite également à écouter ce qu’il dit ensuite sur les soucoupes volantes)

J’ignore s’il enseignait au-delà de la quatrième année, mais il était Prix Nobel de physique.

Quant à moi je n’aurai pas la prétention d’enseigner la dynamique des structures, aussi me contenterai-je d’ici quelque temps de proposer publiquement un exercice de mécanique du point de première année auquel chacun pourra s’essayer4. Je ne l’enseigne plus, mais l’ai enseignée à mes débuts, car c’est une des branches de la physique pédagogiquement les plus simples, qu’on propose généralement aux maîtres de conférences débutants. Disons qu’entre cela et l’électromagnétisme (surtout dans la matière), c’est un peu la même différence qu’entre l’ascension du Turon de Técouère et celle du Pic du Midi d’Ossau. J’ajoute, car c’est un luxe que nos collègues de droit par exemple ne connaissent pas, que la solution de cet exercice sera unique, et valide de Tokyo à Tombouctou en passant par New Delhi ou Tamanrasset.

Ce manque de fantaisie manifeste de la physique fait qu’elle est classée par certains, à raison selon moi, dans la catégorie des sciences inhumaines et asociales.

Mais puisque c’est le week-end, comme le disait avec raison mon collègue Guillaume, rechargeons nos batteries avec une pause détente musicale !
(je précise que malgré la ressemblance capillaire, l’interprète n’est pas [censuré])

Il fallut attendre le surlendemain pour qu’un nouvel apôtre se manifestât. Le 19 septembre à 9 h 15, Philippe, lui aussi professeur des Universités lourdement décoré, qui plus est dans le domaine du bâtiment et du génie civil, où il a l’honneur d’être rédacteur en chef d’une “revue internationale à comité de lecture”, comme on dit dans le milieu, écrivit :

Merci monsieur Roby

– d’avoir dénoncé ce grand fraudeur qu’est Zdenek Bazant qui a récidivé plus de 500 fois en écrivant ses théories fumeuses cachées derrière des notations incompréhensibles (bon moi je les comprends mais peut être suis-je aussi un de ces fraudeurs) et des simulations numériques absconses (mais dont on peut se procurer les sources). Ce fraudeur a tellement bien trompé son monde qu’il a réussi à devenir le scientifique le plus connu en calcul de structures du génie civil, c’est pour dire l’ampleur de la forfaiture que vous avez réussi à démasquer!

– de nous rappeler que la mécanique n’est qu’une sous discipline de la physique en laissant supposer qu’un maître de conférences débutant en physique puisse donner la leçon à un professeur des universités de classe exceptionnelle en mécanique. Vu de mon côté, réduire la mécanique à la mécanique du point est du même acabit que réduire les mathématiques aux tables de multiplication, mais je ne suis qu’un modeste mécanicien.

Merci de nous éclairer une fois de plus, mais peut être pour le bien du plus grand nombre devriez vous écrire votre prose dans des journaux scientifiques revus par vos pairs, ce qui est une définition moderne et que certains trouvent réductrice du scientifique.

Ce à quoi Youssef répondit à 18 h 01, non sans quelque ironie (mais n’est-ce pas là le début de la radicalisation, donc la pente glissante vers le terrorisme ?) :

Qui fait pipi le plus loin ? Philippe donne sans conteste l’avantage à son copain Jacques.

Malheureusement, malgré cette débauche d’arguments d’autorité, les trois tours n’ont pas pu s’effondrer ce jour-là de cette manière sous leur seul poids. On a dû les y aider pour que ce qui est observé soit conforme avec les lois de la physique : vitesse (trop) proche de la chute libre5 et verticalité (trop) parfaite de l’effondrement, malgré la présence des très nombreux étages au dessous des points d’impact qui résistent à la progression et dévient la trajectoire de la chute.

Et même la classe exceptionnelle n’y peut rien changer…

Que dire sinon qu’en mots simples la physique du problème était ainsi bien résumée ? Un peu dépité, je répondis néanmoins à Philippe à 18 h 58 :

Cher collègue,

Je vous propose de faire la connaissance d’un physicien encore plus renommé que Bažant :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jan_Hendrik_Sch%C3%B6n

Publié dans Nature, détenteur de nombreux prix prestigieux… et pourtant !

Vous semblez persister à jauger la production scientifique au nombre de galons des auteurs… c’est une erreur méthodologique grave, un raisonnement d’agent d’assurances, pas de scientifique, qui peut vous faire passer à côté de pépites de valeur, ou au contraire vous faire gober n’importe quoi.

Linus Pauling avait le Prix Nobel (et même deux, mais celui de la paix compte pour du beurre…), mais cela ne l’a pas empêché de se tromper lourdement sur les quasicristaux, alors même qu’il avait contribué de façon très importante à la cristallographie.

Enfin vous ne semblez pas comprendre que dans le cas du 11-Septembre, il ne s’agit pas de faire avancer la science, mais seulement d’éviter qu’elle ne recule… par exemple en admettant qu’un mouvement uniformément accéléré peut résulter, pour une masse constante, d’une résultante des forces non constante. C’est pourtant ce qu’on peut déduire des explications du NIST sur la chute des tours jumelles… qui ne sont pas les mêmes que celles de Bažant, mais ça n’a pas l’air de gêner grand-monde.

Lequel répondit promptement à 19 h 12 :

Bon je savais qu’il ne fallait pas mettre le doigt dedans.

Après avoir reçu une leçon d’un physicien, maintenant c’est un informaticien…

Bref ce n’est pas votre spécialité et vous faites de grosses confusions.

Le pb des tours est lié à un flambage plastique non linéaire qui est une instabilite et qui explique la faible énergie dissipée lors de la ruine.
Les ruines structurelles montrées dans vos videos n’ont aucun rapport et sont certainement dues à un séisme.
Si vous pratiquez la pédagogie comme ça, je plains vos étudiants. .. mais certainement enseignez vous quelque chose que vous connaissez.
Concernant le papier qui est à l’origine de cette discussion, je vous conseille de lire le paragraphe introductif de l’éditeur qui prend quelques précautions quand au contenu de l’article.

Sur le coup de la classe exp. Je me suis peut être mal exprimé, je voulais dire un professeur avec beaucoup d’expérience
Pour m’opposer au mc débutant.6

Ah, la non-linéarité… pour ceux qui connaissent mal le monde de la physique, c’est un peu l’excuse qu’on sort quand on n’en a pas d’autre, sachant que les mathématiques associées aux équations non-linéaires sont généralement difficilement pénétrables, voire carrément intractables, et découragent donc toute velléité de contestation. Ce qui me fit, je l’avoue, sourire et me donna envie d’en rajouter dans la déconnade. C’est pourquoi je répondis dès 20 h 59 :

Quel vocabulaire luxueux pour nous expliquer que les 110 étages des tours jumelles étaient aussi métastables mécaniquement qu’une rangée de 110 dominos et que c’était parfaitement normal, y compris au pays où on se prend un procès quand on vend des fours sans avoir écrit dessus que ce qui en sort peut brûler !

Et pour Jésus marchant sur l’eau, quelle non-linéarité avez-vous en rayon ?

Plus sérieusement, pour les incendies persistant jusqu’à 100 jours après les attentats, quelle non-linéarité invoquez-vous ? La poil-dans-la-main-attitude des pompiers de New York (et d’ailleurs) ?

Je vois que les arguments scientifiques glissent sur vous comme l’eau sur les plumes d’un canard, et que le non-respect du principe fondamental de la dynamique ne vous gêne pas outre mesure, pourvu qu’il y ait une non-linéarité ex machina qui vienne arranger tout ça.

Faut rigoler, comme dirait l’autre.

Youssef releva également, à 21 h 58 et du bas de sa pauvre compétence informatique, cet argument un peu facile :

Désolé d’avoir l’impertinence de contredire le spécialiste.

“Flambage plastique non linéaire” veut simplement dire “flexion des poutres avec une résistance non proportionnelle (moindre) à l’effort qui l’a initié”.

Plus concrètement, à chaque fois qu’une poutre métallique à commencé à fléchir, elle offre de moins en moins de résistance (cas de la touillette à café qui casse d’un coup par surprise alors qu’on la comprimait distraitement entre les doigts).

Or dans le cas des tours, il y a des centaines de poutres qui chacune résistent avant de fléchir. Elles doivent donc au minimum freiner la chute. Or on observe que le sommet des tours descend à une vitesse (très) proche de la chute libre (donc sans résistance), incompatible avec la présence de centaines de poutres qui résistent avant de fléchir.

Ensuite, pour que l’effondrement soit parfaitement vertical, il faut que le flambage soit parfaitement symétrique, c’est à dire que toutes les poutres fléchissent à la même vitesse et dans les mêmes proportions tout autour de l’édifice, et tout le long de l’effondrement. Hautement improbable.

Tellement improbable qu’un spécialiste des structures serait bien en peine de garantir à un promoteur de lui construire une tour habitable qui serait conçue pour s’effondrer à la verticale une fois la chute des étages supérieurs déclenchée (raisonnement par l’absurde).

En effet, la moindre dissymétrie dans le fléchissement des poutres entraînerait un déséquilibre de l’effondrement et l’affalement du reste de la tour.

Je maintiens donc, “flambage plastique non linéaire” ou pas, une telle structure ne peut physiquement pas s’effondrer à la vitesse de la chute libre7 et parfaitement verticalement, car cela contredirait les lois physiques. Et trois fois de suite le même jour, il ne faut pas exagérer.

Je vous remercie toutefois de vous placer sur le terrain des arguments techniques, ce sont les premiers depuis le début de cette discussion sur le forum d’une université, il y a 6 jours !

À 22 h 21, un nouveau venu dans la discussion, Jérôme, docteur en chimie de son état, me fit également sourire mais par le bon sens et le caractère humoristique et constructif de ses propos cette fois :

En tout cas, j’espère que mes neurones ne sont pas organisés et/ou structurés comme les dites ‘tours’. Sinon je risquerais le pétage de plombs à tout instant (vertical ou pas, mais y’a que le résultat qui compte!).

Plasticité (du cerveau?) ou pas, la linéarité chaotique de ces échanges récurrents me laissera un souvenir ‘exceptionnel’ que je m’empresserai de flamber autour d’un ‘qu’a fait’ au bar de l’Entropie dès l’heure de la retraite sonnée.
Étonnant non? Cela vaut bien une minute (Monsieur…).

Allez, faut aller faire dodo, demain il y a cours…et les choses sérieuses reprennent.

Suggestion:
Et si on mettait tout ceci sous forme d’UE libres? Libre de contenu, de débats, d”obédience’, de lieu, de jour (y compris le jeudi AMidi… :-) Et le tout retranscrit en visio… de Pau à Bordeaux??)

Merci à tous les contributeurs et surtout contradicteurs pour ce moment qui ne peut qu’exister ici et je m’en réjouis!

Keep cool…Whatever !

Comme quoi on peut répondre légèrement sur un forum sans nécessairement se foutre de la gueule de ses collègues, surtout quand on n’a rien à proposer comme arguments rigoureux et personnels. Mais dès le lendemain à 9 h 10, Pierre, visiblement satisfait de ses blagues Carambar®, récidiva :

Bonjour,

cela fait 25 ans au moins que je tente inlassablement l’expérience suivante : quand je verse le jus de la viande dans le cratère de mon volcan en purée Mousline, le cratère s’effondre sur lui même.
Dans la publicité non.
Faut-il y voir une machination de l’industrie agro-alimentaire pour qu’un jour la patate domine le monde ?

Il fallut attendre 19 h 11 ce 20 septembre (soit 6 jours après mon message initial) pour voir apparaître la première réponse témoignant d’un réel travail sur la question posée :

J’ai lu l’article d’Europhysics qui est globalement intéressant.

Concernant la figure permettant de comparer deux versions d’une même simulation ainsi que les données tirées de la vidéo youtube :

– Bazant a visiblement triché sur les constantes du problème donc les valeurs de vitesse calculées d’après celles-ci, par le truchement de son modèle, sont fausses,

– les mêmes calculs repris avec des valeurs corrigées montrent effectivement qu’il ne peut y avoir chute (presque libre).

Ma conclusion (pas que la mienne hein) : son modèle est naze.

Concernant la vidéo youtube dont sont extraites les “données expérimentales”, il s’agit de celle-ci, comme référencée dans l’article de Chandler. En supposant que la personne qui l’a mise en ligne est honnête et n’a pas modifié le timing (ou que youtube qui appartient à google qui est très complaisant avec la NSA n’y ajoute pas aussi son grain de sel, juste pour le fun), il semble effectivement y avoir (presque) chute libre au cours des 3-4 premières secondes de la-dite chute. Les secondes suivantes ? Ba dsl on a pa lait doné paskeu ya pl1 2 poussiair.
Ma question : que se passe-t-il durant les (environ) dix secondes d’écroulement qui suivent ? Peut-être que Monica est au courant mais ne l’a dit qu’à ce bon vieux Chandler ?

Bref je trouve difficile de débattre de la modélisation d’un phénomène physique dont on ignore en fait les 2/3 voire 3/4 du déroulement.

Sinon, c’est vrai que l’écroulement du WTC 7 est quand même surprenant.

Je ne manquai donc pas d’en féliciter l’auteur, Michel, qui s’était déjà fait remarquer le 15 septembre par une remarque courte mais pertinente. Rappelons que Michel était un… étudiant en doctorat scientifique, donc pas encore un “vrai” universitaire selon les règles de la profession, mais peut-être plus entraîné à faire travailler son cerveau que mes chers collègues :

Voilà une réponse qui relève vraiment le niveau. Enfin !

Oui il s’agit bien de cette vidéo, qui a été rendue publique par le NIST en raison du Freedom Of Information Act. Elle est très intéressante car de bonne qualité, la caméra étant sur pied. En voici une autre version (de moins bonne qualité) avec la référence précise :

Beaucoup de vidéos de ce type sont visibles sur YouTube en cherchant “NIST FOIA”.

Tout à fait d’accord sur l’absence de données pour la fin de l’écroulement des tours en raison de la poussière (tiens, d’ailleurs, pourquoi tant de poussière ?) ; on évitera donc d’en inventer. Cependant il n’est pas nécessaire d’attendre que la pomme ait touché le sol pour savoir que sa queue a vraiment cassé. En d’autres termes, la notion de 2/3 ou 3/4 de données manquantes, si elle est juste du point de vue d’un échantillonneur temporel, ne l’est pas forcément en termes d’informations véritables (et importantes).

Concernant le WTC7 (dont encore pas mal de gens ignorent qu’il a eu des vapeurs le 11 septembre 2001), l’explication de la chasse au scoop ne tient pas pour l’annonce prématurée de son décès : en effet, il n’était pas et de loin le plus susceptible de défaillir, d’autres bâtiments voisins des tours jumelles ayant été bien plus amochés que lui. Ils furent d’ailleurs détruits, en toute transparence cette fois, selon des méthodes éprouvées.

Mais merci encore de montrer un bon exemple d’argumentation réellement scientifique.

Rien de ces propos (à part les prénoms) n’a été inventé. Toute cette discussion eut lieu à l’intérieur d’une institution qui se veut gardienne du savoir, de l’esprit critique, ouverte aux idées nouvelles, experte pour enseigner le tout, et qui se pique d’organiser des débats intellectuels de haute volée. Et on y en trouve, d’ailleurs. Mais est-il encore bien raisonnable de discuter de la nuance du papier peint quand les fondations et les murs porteurs menacent de tomber en poussière ?

Certains ont écrit que la science était morte au World Trade Center. Morte, peut-être pas : il en faudra quand même plus pour annihiler toute volonté et toute capacité de savoir dans l’espèce humaine. Mais les institutions qui la portent, et qui devraient, aux yeux des profanes, se porter garantes de la qualité des savoirs diffusés et sonner l’alerte en cas de manipulation grossière, sont probablement aujourd’hui en coma dépassé, sans même s’en rendre compte. Elles ne s’en tireront pas indemnes, même si des individus, partout dans le monde, n’ont jamais renoncé à leur raison.

Partagez ! Email this to someoneShare on Facebook1Pin on Pinterest0Tweet about this on TwitterShare on Google+0
  1. qualificatif absurde dans ce cas particulier, puisque personne ne conteste que l’événement soit la conséquence d’un complot : seuls les auteurs, les moyens et les motifs diffèrent suivant les versions.
  2. par un article intitulé “Mechanics-based mathematical studies proving spontaneity of post-impact WTC towers collapse”, c’est-à-dire “Études mathématiques basées sur la mécanique prouvant la spontanéité de l’effondrement post-impact des tours du WTC”
  3. en fait, ce document m’était parfaitement parvenu dans le premier message de Jacques
  4. Cet exercice a été publié ici, et sa correction là.
  5. Ceci est vrai pour le WTC7, mais faux pour les tours jumelles, qui se sont effondrées avec une accélération environ égale aux 2/3 de l’accélération de la pesanteur. Mais plus que la valeur de l’accélération, c’est sa relative constance qui interpelle le physicien têtu.
  6. à l’époque des faits, le “débutant” avait 22 ans d’expérience dans l’enseignement de la physique à l’université…
  7. Comme dit précédemment, seulement pour le WTC7, et dans les 2,5 premières secondes de l’effondrement. La chute vraiment libre nécessiterait de toute façon, à partir d’une certaine vitesse, de supprimer ou compenser la résistance de l’air !

9 commentaires sur “11-Septembre : la faillite des institutions

  1. Ce monde me fatigue, m’épuise même !!!
    La journée avait mal commencée : un coup d’œil sur le blog Olivier B. ou, anniversaire oblige il (re)pond une série de “billets” (c’est le terme dont il use, alors que nous sommes plus proche du roman photo pour l’instant) à propos cette fois des WTC1 ET WTC 2 (quid du numéro 7 ?), et dont je pressent que les débats seront mené avec la même objectivité que la fois précédente …
    Ayéééé le temps de commencer a vous écrire et mon commentaire vient de se faire dégager, j’ai tenu 2min30 ! c’est pas une blague ! je crois que je viens de pulvériser mon précédent record.
    Plus sérieusement (non en fait, pas vraiment), et même si j’ai bien ri à la blague “génie/génisse” (la dame concernée a-telle su apprécier le trait a sa juste valeur ?) je trouve pathétique la qualité des réponses de la grande majorité de vos collègues. Passons la sottise et surtout le manque de logique du docteur en Espagnol, qui s’offusque que vous puissiez émettre des réserves quant a ses compétences scientifiques… (imaginons juste sa réaction si vous aviez essayé de lui donné un cours d’espagnol médiéval), Passons également sur cet autre qui cherchant a vous ridiculiser commet cette blague sur la purée mousseline ( au reste vous pourrez lui répondre à l’occasion que en effet, et je le sais pour avoir participé a pas mal de tournage de pub sur des produits alimentaires*, dans 9 cas sur 10 ce qui est montré a l’écran est une falsification de la réalité : toutes les sauces sont refaites avec des produits non comestibles mais plus onctueux, les glaces et les fruits sont en plastic et les purées a base de plâtre coloré, etc…. et oui ce n’est peut être pas un complot** , mais pour le moins une escroquerie de l’industrie agroalimentaire) . Non, passons, et pour en revenir a nos moutons (de Panurge), ce qui me surprend le plus, c’est leur manque total de curiosité ! que de Savoir et d’intelligence gâchés, et quel bonheur pour des gouvernant que d’avoir des “intellectuels” de cette eau. Vous avez du avoir de bien mauvaises heures les lendemain de ces débats, mais ces exemples sont assez représentatifs de ce que l’on peut réellement attendre de nos contemporains, fussent ils chercheurs ou maître de conf. Bref ce monde me fatigue

    * ne voyez la aucun argument d’autorité (j’ai trop vu de jeunes graphiste aux idées flamboyantes pour cela) mais j’ai du travailler sur les effets spéciaux de 3 ou 4 milliers de pub, ce qui m’autorise a contredire votre collègue
    ** Quoique ??

    1. bonjour,
      expérience identique aujourd’hui sur les-crises.fr et le (triste) sire berruyer a l’outrecuidance d’appeler son site internet espace d’autodéfense *intellectuelle* (sic).

      de toute façon s’il laissait tous les commentaires argumentés, sourcés, il se ferait retourner comme une crêpe!
      maintenant qu’il a ces/ses certitude, il ne pourra jamais changé d’avis, même si bush, cheney avouaient sur leur lit de mort..

      concernant votre billet c’est pathétique (les réponses à votre message!), puisque ces professeurs d’université sont du genre à se croire supérieurs aux citoyens ordinaires. (confirmé par la petite pique sur le simple maitre de conférence.. ?)
      ne le prenez pas pour vous, mais si je force, les diplômes, les titres de *rédacteur en chef d’une revue internationale à comité de lecture, comme on dit dans le milieu* ne valent rien face à l’évidence, aux faits irréfragables qui se sont passés ce 11 septembre 2001.

      je partage un moment similaire, la personne a rédigé un article sur la Syrie sur revue-ballast.org ; elle est médecin réanimateur, donc bac+10, bac+12 ??

      je n’ai fait que lui soumettre l’article de René Naba sur l’insurrection de février 1982 à Hama, identique selon Naba à celle de 2011: modus operandi, soutiens internationaux, nature des acteurs: les frères musulmans.
      http://www.madaniya.info/2014/09/01/revolte-hama-1982-repetition-generale-du-soulevement-syrien-2011/

      sa réponse: *rien ne me fera changer d’avis. Les théories complotistes sur les printemps arabes, en plus d’être passablement racistes, n’expliquent rien et font systématiquement la part belle a Assad et aux Russes.*

      muh!

      @françois roby: aitia.fr/erd/ a eu un problème de connexion DNS il y a 1 petit heure, est-ce que vous l’avez connu? doit être enregistré dans le je-ne-sais-quoi du site internet :)
      la véritable question c’est: Langley ou mi6? :)

      1. Les-crises, je n’y mets plus les yeux depuis cette série mémorable d’articles d’il y a un an où le petit actuaire-sûr-de-lui s’improvisait docteur en physique harrypotterienne… Quant à l’incident de connexion DNS, la technique a ses limites aussi ; mon hébergeur est compétent et réactif mais il m’est déjà arrivé d’avoir des pannes, et les explications de l’origine très matérielle de ces défaillances par les services techniques.

        1. étant donné que vous n’allez plus sur les-crises-mon-cul-sur-la-commode :)

          un panel non exhaustif de la prétention de berruyer de détenir la vérité. entre lui et vos collègues, le résultat du 23 avril 2017, à 20h00 n’est pas étonnant..

          commentaire – nous demandons une vraie enquête, qui n’a jamais eu lieu.
          monsieur-je-sais-tout – bien sur qu’elle a eu lieu… NIST.

          monsieur-je-sais-tout – je donne ici la vision issue de longues et pénibles recherches. Après, je ne suis pas le pape du 9/11, donc chacun pensera bien ce qu’il a envie de penser. (sic)

          monsieur-je-sais-tout – Parce qu’il y a relativement peu d’immeuble à charpente métallique sur la planète, vu que ça résiste très mal aux incendies. Les normes ont d’ailleurs fortement évolué au fil du temps et des accidents.
          Si vous en voyez un du même type que le WTC, envoyez un avion dedans ou un immeuble dessus, vous aurez un 4e exemple… Mais on en reparlera, n’ayez crainte.

          monsieur-je-sais-tout – après, que chacun pense bien ce qu’il souhaite, ce n’est pas la police de la pensée ici. (sic)

          commentaire – Salut ceux qui savent tout
          Votre façon d’aborder le problème en commençant par traiter ceux qui ne sont pas d’accord avec vous, et ensuite de faire croire que vous vous savez, augure mal de la pertinence de vos remarques. C’est de l’autodéfense intellectuelle que d’indiquer dès l’abord que la théorie officielle, (car ce n’est qu’une théorie) est la seule explicative, quand on sait comment les enquêtes du gouvernement étatsunien ont été réalisées, les conflits d’intérêts, le choix très orienté des soi-disant experts, etc, etc, devrait vous amener à être un peu plus sérieux dans vos affirmations. Jene sais quels intérêts particuliers vous servez, mais votre dossier est de peu de valeur. On ne vous dis pas merci. Adieu.
          monsieur-je-sais-tout – je le garde celui là, il est beau. (en réponse à ce commentaire)

  2. Désolé mais un dernier détail sur la purée mousseline, non que je m’attache aux détails les plus insignifiants, mais j’avoue que le reste de votre texte me laisse sans voix …
    Le cœur de cible (“comme on dit dans le métier coco”) était, pour cette pub, les enfants (hé oui) cela a manifestement fonctionné sur les prof de fac également !

  3. Bonjour, je crois me souvenir que vous avez eu quelques ennuis avec le comité de discipline de votre établissement et que vous risquez six mois de suspension. Rassurez-nous (car il me vient un doute) : vous avez bien été vigoureusement, massivement, unanimement, bruyamment soutenu par l’ensemble de vos collègues ?

    1. Ce n’est pas six mois, c’est 2 ans (avec retenue de la moitié du salaire) qu’a décidé la commission de discipline sous la houlette de sa présidente, dont on peut dire qu’elle a démontré avec éclat sa capacité à ne pas comprendre ce qu’on lui dit, à ne pas lire ce qu’on lui montre et, bien sûr, à ne pas entreprendre par elle-même de se documenter sur le sujet (notamment sur les liens étroits et toujours actuels entre sionisme et nazisme), des fois qu’elle risquerait de se rendre compte que celui qu’elle accuse d’aller contre la déontologie universitaire et républicaine l’applique au contraire bien plus strictement qu’elle.

      Comme je pouvais faire appel et que cet appel est suspensif, j’ai eu le plaisir de retrouver mes étudiants à la rentrée comme d’habitude. Et comme dit mon ami François Sebesi, (avec lequel je m’entretiens ici) “ils ont fait tellement de boulettes et fait tellement le contraire de ce que doivent faire des défenseurs du savoir et de la raison qu’on se demande s’ils ne l’ont pas fait exprès pour que l’affaire remonte en plus haut lieu”.

      Quant à savoir si j’ai été soutenu par l’ensemble de mes collègues, deux choses :

      – je crois que la plupart ne savent même pas ce qui m’arrive,
      – ceux qui le savent ne disent rien, ou alors en privé mais surtout sans parler trop fort.

      À votre avis, sous l’Occupation il y avait plus de résistants ou plus de collabos parmi les universitaires ?

  4. Probablement que le “scientifique” qui médite sur les mystères d’une expérience publicitaire …pourtant télévisée … qu’il ne parvient pas à reproduire… n’a jamais entendu parler de la confrontation de la théorie à l’expérimentation!

    Cette dissonance “de sa raison dure” ne l’empêche ni de croire… ni d’enseigner!

    Sa confiance dans les institutions est si grande… que les titres et médailles des rédacteurs de la fraude scientifique de ” l’effondrement gravitationnel progressif ” … l’exonère de confronter cette théorie frauduleuse … aux faits observables!

    Pour les avions du 11 Septembre, qui transpercent sans ralentir, des façades de twin towers… infiniment plus rigides et plus solides
    que eux mêmes… il en va de même:
    – Puisqu’on l’a vu à la télé … c’est que cela s’est réellement produit!

    Dans le même ordre d’allégations absurdes: -Puisque la commission disciplinaire a condamné François Roby en première instance… c’est donc qu’il avait commis des faits … ou tenu des propos délictueux…

    Relire 1984 de G. Orwell (qui connait une nouvelle jeunesse aux États Unis) ferait (peut être) le plus grand bien à ces gardiens malgré eux , de la “déraison dure”…

    1. je rebondis sur 1984. hypothèse: ce sont les liberals ou tenants du progressisme-sociétal, mauvais perdants du 8 novembre 2016, qui croient que depuis le 20 janvier 2017, date de l’entrée au pouvoir de TheDonald, les usa sont devenus une société totalitaire.

      alors que les usa sont depuis longtemps un État policier, et pas seulement depuis les lois *liberticides* du 11 septembre 2001.
      FBI, Cointelpro, Espionnage Act, toussa toussa..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *